L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes

Le texte a été rédigé à Athènes le 1er janvier 1974 par Pierre Amandry qui était alors dans sa cinquième année de direction de l’ÉFA. On ne sait si la date revêtait pour lui une signification précise en lien avec le texte. Sa carrière universitaire au sens restreint s’est déroulée à Strasbourg entre 1951 et 1969, à l’institut d’archéologie classique. Le texte a été revu par Michel Amandry qui a inséré des notes. Les compléments dus à Anne Jacquemin sont entre crochets droits.

Pierre Amandry à l’université de Strasbourg (Michel Amandry)

L’État grec n’avait pas encore atteint l’âge de la majorité, et la Monarchie de Juillet était proche de sa fin, quand l’École française d’Athènes fut fondée, par une ordonnance du 11 septembre 1846. C’est de loin la doyenne des institutions étrangères (maintenant au nombre de sept [1]) dont l’existence est officiellement reconnue en Grèce et l’activité autorisée, dans le domaine des recherches archéologiques. Administrée par la Direction des Enseignements Supérieurs [2], dont elle reçoit son budget, et placée, depuis 1850, sous la tutelle scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’École d’Athènes reçoit chaque année, par voie de concours, deux nouveaux membres, agrégés, parisiens ou provinciaux, et rend chaque année à l’Université française deux maîtres qui ont, pendant trois ou quatre ans de séjour en Grèce, appliqué à l’étude de documents concrets les méthodes formelles d’analyse, de raisonnement et d’exposition qu’on leur a inculquées au lycée et à l’université [3].

Dans ces échanges entre les Universités et l’École d’Athènes, l’Université de Strasbourg occupe une place privilégiée.

Continuer la lecture de « L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search