Motion des membres scientifiques de l’École française d’Athènes sur le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Les rapports ministériels en vue d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) annoncent la consolidation des orientations esquissées depuis 2007 (loi LRU), orientations qui se révèlent déjà désastreuses pour la recherche et l’université françaises.

Nous, membres scientifiques de l’École française d’Athènes, réaffirmons notre attachement au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous nous alarmons tout particulièrement de certaines préconisations exprimées dans ces rapports :

  1. la généralisation de la recherche sur projet et l’attribution de « crédits compétitifs » aux laboratoires de recherche en fonction de leur « performance ». La gestion managériale et la concentration des moyens sur quelques établissements nuisent au fonctionnement de la recherche et de l’enseignement supérieur.
  2. la corrélation entre évaluation et allocation des moyens ouvre la voie à une diminution, voire à une suppression des dotations permanentes des laboratoires et des universités, et pose la question du mode et des critères d’évaluation.
  3. les recherches en sciences humaines et sociales seraient particulièrement affectées par la limitation des questionnements scientifiques aux prétendus défis sociétaux, ainsi que par la généralisation des partenariats public-privé, telles qu’elles sont promues par l’Agence Nationale de la Recherche, dont le rôle serait renforcé. Ces dispositions menacent directement l’indépendance et la fécondité des travaux scientifiques.
  4. la modification du statut des enseignants-chercheurs et de celui des chercheurs (modulation de service sans le consentement des intéressés, déplafonnement des heures de travail, développement des tenure tracks, mise en place des CDI de mission scientifique, etc.) est une attaque au statut de fonctionnaire, exacerbe une concurrence néfaste entre chercheurs et entre institutions, renforce la précarité et favorise les inégalités au sein des laboratoires et des universités.

Si elles devaient obtenir force de loi, ces dispositions constitueraient une attaque sans précédent contre la fonction publique dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur. La réduction prévue des financements récurrents de la recherche et la concentration des efforts financiers sur des projets à court terme sont incompatibles avec les exigences d’une recherche rigoureuse et excellente, notamment en sciences humaines. Dans le contexte actuel de compétition internationale accrue, une stratégie fondée sur la précarisation des chercheurs, l’instabilité permanente et la dégradation des conditions de travail menace directement la recherche française et son rayonnement dans le monde. La situation de nos collègues en Grèce, victimes depuis plusieurs années de décisions politiques aux motivations semblables, nous confirme que celles-ci constituent une atteinte majeure aux activités scientifiques et aux conditions de vie des chercheurs.

Pour ces raisons, nous nous opposons fermement à ces propositions préparant la LPPR et soutenons les actions en faveur des libertés académiques et du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. 

La motion est adoptée à l’unanimité par les membres réunis en assemblée, le mercredi 4 mars 2020.

Ψήφισμα των επιστημονικών μελών της Γαλλικής Σχολής Αθηνών για το Νομοσχέδιο πολυετούς προγραμματισμού της έρευνας (LPPR)

Οι υπουργικές εκθέσεις για τη σύνταξη του νόμου πολυετούς προγραμματισμού της έρευνας (LPPR) επιβεβαιώνουν τις κατευθύνσεις που είχε χαράξει το 2007 ο νόμος περί ελευθεριών και ευθυνών των πανεπιστημίων (LRU). Οι κατευθύνσεις αυτές αποδεικνύονται ήδη καταστροφικές για την έρευνα και τα πανεπιστήμια στη Γαλλία. Continuer la lecture de « Motion des membres scientifiques de l’École française d’Athènes sur le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) »

Motion de l’AMEFA du 25 janvier 2020

« Le samedi 25 janvier 2020, réunis en assemblée générale, les membres de l’AMEFA (Association des membres, anciens membres et chercheurs associés de l’École française d’Athènes), ayant pris connaissance du contenu des rapports élaborés par les groupes de travail sur la LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), expriment leur très vive inquiétude face à l’orientation que dessinent ces documents pour l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Plus particulièrement, les transformations prévues du statut d’enseignant-chercheur, la différenciation des parcours professionnels et le recours croissant à des contrats précaires (tenure tracks, CDI de mission, déplafonnement des heures de service…) sont préjudiciables à toute notre communauté, et notamment aux jeunes chercheurs.

Les membres de l’AMEFA sont également attachés au maintien des cadres nationaux de qualification et d’évaluation, notamment du comité national du CNRS et du CNU.

La réduction prévue des financements récurrents de la recherche et la concentration des efforts financiers sur des projets à court et moyen terme sont incompatibles avec les exigences d’une recherche rigoureuse et excellente, notamment en sciences humaines. L’excellence reconnue de l’EFA dans le domaine des études helléniques se fonde sur une implantation sur le terrain et des études de longue haleine qui impliquent des collaborations entre chercheurs, et non la mise en concurrence de projets éphémères.

Pour ces raisons, les membres de l’AMEFA s’opposent à ces propositions préparant la LPPR et soutiennent les actions en faveur des libertés académiques et du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. » – La motion est adoptée à l’unanimité des membres votants.

Ernest WILL (1913-1997)

par Pierre Amandry

Nous remercions Michel Amandry de nous avoir transmis ce texte qui fait partie des Archives Pierre Amandry conservées auprès de la famille. Une note de P. Amandry précise : « Texte rédigé en 1999 à l’intention de Le Rider, pour la notice sur la vie et les travaux de Will, lue à l’Académie en octobre 1999 ». G. Le Rider a utilisé les principaux éléments de ces souvenirs, mais le reste est inédit ; on trouvera dans sa notice des CRAI 1999, p. 885-893, une présentation complète de la carrière et de l’œuvre d’Ernest Will. [A. Hermary]

À la rentrée d’octobre 1933, les élèves de la nouvelle promotion ont fait connaissance. La plupart étaient issus des khâgnes parisiennes. Parmi les provinciaux, un de nos camarades attira aussitôt l’attention, par son accent. Ernest Will avait fait toutes ses études à Strasbourg, et son accent était du meilleur aloi (j’en juge a posteriori, ayant passé dix-huit ans à Strasbourg). Une de nos distractions, par la suite, ayant constaté qu’il était assez soupe au lait, fut de le taquiner sur une question qui lui tenait à cœur, ce qui se terminait régulièrement par un mot de Cambronne à forte consonance germanique. Son père était pasteur dans la région de Strasbourg (j’ai connu ses parents), et son frère aîné, Robert, y a fait carrière comme architecte. Continuer la lecture de « Ernest WILL (1913-1997) »

3e atelier thématique: Delphes et ses alentours.

La synthèse réalisée par D. Mulliez, « Bilan général des recherches récentes et prospective pour de futures recherches« , dans le cadre du 3e atelier thématique de l’AMEFA, « Delphes et ses alentours » est disponible dans la rubrique Publications de notre site.

Alfred Mézières

« Au temps passé » : l’École et la vie athénienne en 1850-1852

 Le Correspondant, 10 août 1905, p. 430-439

Au temps passé, Paris 1906, p. 127-150

Enfin, le jour de la délivrance arriva ! Le Pirée, Athènes ! Ces noms magiques suffirent pour dissiper toutes les brumes, pour remplir nos cœurs de joie. Quelle impatience aussi de connaître notre installation, la maison où nous allions passer deux ans, trois ans peut-être ! Très agréable à voir, la maison Gennadios, avec son perron, avec sa colonnade, avec les peintures à fresque qui décoraient les vestibules et les chambres. Elle avait, à première vue quelques chose de propre et de gai. Les murs n’étaient pas seuls à nous attendre. Le directeur de l’École d’Athènes, nos anciens, notre secrétaire nous ouvraient les bras au débotté. Physionomies intéressantes qui méritent d’être esquissées d’un crayon rapide. Continuer la lecture de « Alfred Mézières »

Robert Demangel (1891-1952)

par Pierre Amandry 

Nous remercions Michel Amandry de nous avoir transmis ce texte (qui fait partie des Archives Pierre Amandry conservées auprès de la famille) et d’y avoir ajouté des notes, ainsi que Jean-François Marcadé pour la photographie de Demangel à Délos. Il est publié avec l’aimable autorisation de sa fille Marie-Claire Demangel.

Télécharger le PDF_R. Demangel par P. Amandry

Arrivée de R. Demangel à Délos, 1949. Cl. J.-Fr. Marcadé.

        Le 1er mars 1938, le directeur de l’École française d’Athènes accueillait les deux membres de la nouvelle promotion, nommés à l’automne de 1937, qui venaient de passer trois mois en Italie selon la règle d’or en vigueur. Le directeur était Robert Demangel, les nouveaux membres étaient Ernest Will et moi-même.

        Nous n’avions rencontré notre directeur qu’une seule fois, au concours d’admission à l’École. Avant sa nomination à la direction de l’École en 1936, il occupait la chaire d’archéologie grecque à l’Université de Montpellier. Nous ne le connaissions que comme auteur de divers travaux, en particulier Le tumulus de Protésilas, datant de l’époque d’après-guerre où il avait été conseiller du Corps d’occupation français à Constantinople, sa thèse de doctorat – La frise ionique, parue en 1932 – et deux fascicules des Fouilles de Delphes consacrés au sanctuaire d’Athéna. Continuer la lecture de « Robert Demangel (1891-1952) »