Robert Demangel (1891-1952)

par Pierre Amandry 

Nous remercions Michel Amandry de nous avoir transmis ce texte (qui fait partie des Archives Pierre Amandry conservées auprès de la famille) et d’y avoir ajouté des notes, ainsi que Jean-François Marcadé pour la photographie de Demangel à Délos. Il est publié avec l’aimable autorisation de sa fille Marie-Claire Demangel.

Télécharger le PDF_R. Demangel par P. Amandry

Arrivée de R. Demangel à Délos, 1949. Cl. J.-Fr. Marcadé.

        Le 1er mars 1938, le directeur de l’École française d’Athènes accueillait les deux membres de la nouvelle promotion, nommés à l’automne de 1937, qui venaient de passer trois mois en Italie selon la règle d’or en vigueur. Le directeur était Robert Demangel, les nouveaux membres étaient Ernest Will et moi-même.

        Nous n’avions rencontré notre directeur qu’une seule fois, au concours d’admission à l’École. Avant sa nomination à la direction de l’École en 1936, il occupait la chaire d’archéologie grecque à l’Université de Montpellier. Nous ne le connaissions que comme auteur de divers travaux, en particulier Le tumulus de Protésilas, datant de l’époque d’après-guerre où il avait été conseiller du Corps d’occupation français à Constantinople, sa thèse de doctorat – La frise ionique, parue en 1932 – et deux fascicules des Fouilles de Delphes consacrés au sanctuaire d’Athéna.

        Le premier contact fut bon : le directeur était un homme courtois, apparemment affable, qui ne le prenait pas de haut avec ses jeunes administrés. La suite devait confirmer cette première impression.

         Au bout d’un mois, je partis pour Delphes, en compagnie de Jacques Roger et de Jean Bousquet et de son épouse. Nous pendîmes la crémaillère dans la nouvelle maison de l’École, bâtie à l’emplacement d’une des dernières maisons de Castri, qui avait été celle de Théophile Homolle.

            Le directeur avait établi pour ces années-là un important programme de travaux à Delphes, en accord avec le marquis de la Coste-Messelière qui devait y passer un mois par an, invité par le Service archéologique grec à y présider la remise en place des collections du musée dans un nouveau bâtiment qui remplaçait, en l’englobant, le premier musée inauguré en 1902. Le programme comportait des restaurations et des fouilles. Pour les restaurations (ou « anastyloses », comme on commençait à dire), le directeur avait obtenu du ministre de l’Éducation nationale, Jean Zay, un crédit exceptionnel en vue de la célébration en 1946 du centenaire de la fondation de l’École d’Athènes. Trois colonnes de la tholos de Marmaria furent reconstituées en 1938. La restauration partielle de la façade du temple d’Apollon, interrompue par la guerre, fut achevée en 1941.

            Le programme de fouilles comportait le dépavage complet de la « voie sacrée » et l’exploration du sous-sol, où fut découvert en 1939 un dépôt d’ex-voto précieux, endommagés par un accident et enfouis là au Ve siècle avant J.-C., parmi lesquels les seuls restes de statues chryséléphantines (têtes, mains et pieds d’ivoire, éléments de vêtement, chevelure, bijoux en or, statuettes de bronze, etc.). Cette découverte trouva un écho dans la presse internationale. De passage à Athènes, Jérôme Tharaud1 – qui connaissait personnellement les Demangel (Mme Demangel était fille et petite-fille d’académiciens) – emboucha la trompette à la gloire du coq gaulois grattant le sol hellénique. Les divers travaux en cours à Delphes nous valurent à plusieurs reprises la visite du directeur. Demangel n’était pas homme à donner libre cours à l’expression de ses sentiments. Mais l’admiration unanime pour la restauration des colonnes au milieu des oliviers de Marmaria et l’intérêt suscité par la découverte du dépôt de la voie sacrée lui procuraient visiblement une vive satisfaction : il savourait sa revanche à l’égard de ceux qui affirmaient, mal informés ou plutôt mal intentionnés, qu’on gaspillait son argent et son temps en continuait à travailler à Delphes.

            Au demeurant, les autres chantiers de l’École n’étaient pas délaissés : on travaillait à Délos, à Thasos, à Malia, à Gortys d’Arcadie.

            La guerre interrompit cette activité. Le 28 août 1939, Demangel, alors en congé en France, recevait l’ordre de rejoindre son poste, comme tous les fonctionnaires français à l’étranger. À la déclaration de guerre, les bâtiments de l’École furent affectés aux services de l’attaché militaire, auquel on adjoignit un officier de réserve, ancien directeur de l’École2 (du temps où Demangel en était membre). Des six membres en exercice, les deux plus anciens étaient mobilisés sur place. Les quatre autres devaient gagner Stamboul, où l’on regroupait les officiers de réserve des pays balkaniques, avant de les diriger sur l’Armée du Levant à Beyrouth. Demangel nous accompagna à la gare. Je le revois au moment où le train s’ébranla, nous faisant de la main un geste d’adieu, avec un sourire triste. Âgé de 23 ans en 1914, il avait fait la première guerre, il avait été blessé et décoré de la Légion d’Honneur à titre militaire. On devinait aisément à quelles pensées répondait son adieu à la gare d’Athènes.

            Notre directeur nous revit tous les quatre : deux dès l’année suivante, les deux autres plus tard. Au mois de juin 1940, au moment de l’armistice franco-allemand, Will et Martin se trouvaient en France. Metzger était à Beyrouth, moi à Alep. Démobilisés au mois d’août, nous reprîmes ensemble le train pour Athènes via Stamboul.

            À l’École d’Athènes, les rapports s’étaient aigris au fil des mois entre le directeur et ses « hôtes ». À notre arrivée, nous eûmes le même réflexe, indépendamment l’un de l’autre : celui d’arracher la carte de visite apposée sur la porte de nos bureaux respectifs. Le directeur nous en sut gré : il trouvait en nous des alliés. Il s’efforçait en vain de récupérer le plein usage des locaux ; quelques jours après notre esclandre, les services de l’attaché militaire évacuèrent l’École.

            Mais la Grèce, jusqu’alors à l’écart du conflit, allait y être entraînée à son tour. Le 28 octobre 1940, des troupes italiennes, qui attendaient en Albanie le moment d’entrer en action, pénétrèrent en Grèce, avec pour objectif l’occupation de Thessalonique. La résistance de l’armée grecque dans les montages d’Épire retarda jusqu’au printemps 1941 la réalisation de ce plan, due à l’intervention allemande à partir de la Yougoslavie. Le 4 avril 1941, le drapeau à croix gammée était hissé sur l’Acropole.

      Quelques jours plus tard, le directeur et l’agent-comptable de l’École, et l’administrateur de l’Institut français furent arrêtés par la police allemande et conduits à la prison Avérof. Ils furent libérés au bout de trois jours. Demangel rapporta de cette incarcération des observations très précises sur les mœurs des punaises.

         Autour du directeur demeuraient le secrétaire général Paul Lemerle, l’agent-comptable Marcel Jacquemin, l’architecte Henri Ducoux, et trois membres, Metzger, moi, et Martin qui avait réussi à nous rejoindre, accompagné de son épouse. La consigne était d’occuper les locaux pour les défendre contre toute tentative éventuelle de main mise et d’attirer le moins possible l’attention sur notre présence.

            Mais le plus urgent était de pourvoir au ravitaillement. La Grèce a connu, au cours des années 1941 et 1942, une famine comme on n’imaginait plus qu’il pût s’en produire en Europe. La rigueur exceptionnelle de l’hiver aggrava encore la situation. Chaque matin, des camions parcouraient les rues de la ville, et ramassaient les morts qu’on transportait à la morgue, qui se trouvait au bas de la rue conduisant à l’École. Le directeur, dans ses promenades, passait souvent par là. Je revois le gamin d’une dizaine d’années que j’ai trouvé en sortant de l’École, affalé contre la porte ; je suis allé chercher une poignée de raisins de Corinthe, et ai dû les introduire dans sa bouche ; il s’est relevé, mais n’a pas dû aller loin.

            Mais, dès l’été de 1942, un réseau de marché noir couvrait le pays. Le premier sac de pommes de terre qui fut apporté à l’École, la nuit tombée, provenait du Musée numismatique, installé au sous-sol du bâtiment de l’Académie, à une centaine de mètres de la morgue.

          D’archéologie, il n’était plus guère question. En 1941, on avait encore fouillé à Gortys et à Delphes. Après cette date, les autorités grecques n’accordaient plus d’autorisation que pour des restaurations ou des recherches complémentaires très limitées : c’est ainsi que, en relation avec l’Asclépieion de Gortys, Martin et Mezger purent procéder à quelques nettoyages et sondages à Épidaure et à l’Asclépieion d’Athènes, à l’ouest du théâtre de Dionysos.

           Cependant le contact n’a jamais été complètement rompu entre l’École et ses principaux chantiers. Les voyages demeuraient possibles, par camion en Grèce continentale, mais semés d’embûches, dont les contrôles allemands n’étaient pas les plus redoutables : un Juif, porteur d’une carte d’identité au nom de ……poulos, ne risquait généralement rien. Parfois, on apprenait que des pendus se balançaient aux balcons d’un bourg où l’on devait passer, et on jugeait préférable d’éviter ces lieux malsains, fût-ce au prix d’un long détour. Les belligérants, Grecs et étrangers, avaient fait sauter à tour de rôle la plupart des ponts, et on avait renoncé à les reconstruire ; on descendait dans le ravin et on remontait de l’autre côté. Parfois, le pittoresque compensait ces inconvénients. Le chargement des camions comportait inévitablement des sacs, des bidons et des paniers, parmi lesquels s’installaient tant bien que mal des individus de toute catégorie, des moutons, des chèvres, et quelquefois un âne. Parfois, l’essence venait à manquer ; le camion s’arrêtait à quelque distance d’un poste allemand ; le chauffeur disparaissait et reparaissait portant un bidon, cependant qu’un soldat allemand s’éloignait dans une autre direction. Graecia capta ferum victorem cepit….

            En ce temps-là, le directeur de l’École d’Athènes était nommé pour un mandat de 6 ans. Le mandat de Demangel venait à expiration en 1942. Au Ministère de l’Éducation nationale, on se préoccupait de la question. Un successeur avait été officieusement désigné et nommé, en attente, à la direction de l’Institut de Stamboul. Mais il rejoignit la France libre. La situation en Grèce ne provoquait pas une floraison de candidatures. Demangel resta à son poste jusqu’en 1950.

            Nommé secrétaire général de l’École en 1942, j’ai été jusqu’en 1949 le plus proche collaborateur du directeur. Ce qu’ont été pour lui les journées dans la solitude du pavillon directorial, sans nouvelles de sa famille, lui seul l’a su. Je crois qu’il a ignoré jusqu’à la fin de la guerre le rôle joué par sa femme « Pauline » dans la Résistance, qui lui valut d’être décorée sur le front des troupes par le général de Lattre de Tassigny. Jamais il n’a fait allusion à ses soucis personnels.

            Si l’archéologie était en sommeil, d’autres tâches attendaient le directeur de l’École française. Les Italiens demandaient avec insistance l’expulsion de la représentation diplomatique et consulaire française ; les Allemands firent longtemps la sourde oreille, jusqu’au jour où cette décision leur servit de monnaie d’échange avec leurs alliés. La charge des intérêts français fut confiée à l’ambassade de Suisse. Mais le directeur de l’École se trouva, par la force des choses, chargé de tâches et de responsabilités variées. L’administrateur de l’Institut français ayant été envoyé en « villégiature » en Auvergne par le gouvernement de Vichy, la gestion de l’établissement incomba à Demangel, selon une tradition qui venait à peine d’être interrompue : la séparation administrative des deux établissements avait été prononcée en 1939. L’Institut ne cessa pas de fonctionner pendant toute la guerre, au ralenti, grâce aux professeurs, grecs et français demeurés à Athènes, et grâce aux trois membres de l’École qui se trouvaient là.

            Une tâche plus inattendue qui incomba au directeur de l’École fut de présider à la distribution des vivres. La Grèce dut à la famine de 1941-42 de recevoir des aides de divers côtés, de la Croix-Rouge en particulier. Le gouvernement français fit envoyer de Bulgarie à ses ressortissants en Grèce des vivres, sous forme principalement de pommes de terre et de haricots déshydratés. On les entreposa dans les locaux de l’ancien consulat et dans un bureau de membre de l’École. Il fallut d’abord établir la liste des ayant-droits. La colonie française se trouva, du jour au lendemain, d’une importance numérique insoupçonnée : on retrouva, oubliés au fond de tiroir, des titres à la nationalité française remontant au temps des capitulations ! Il fallut surveiller la distribution. On s’avisa un jour que le litre d’étain dont le contenu représentait la part individuelle de haricots, était bien lourd : le fond était rempli de plâtre ! Finalement, ces légumes, incomplètement déshydratés, se mirent à moisir.

            La question de la distribution des vivres ne fut qu’une de celles, nombreuses, que Demangel eut à régler, dans son rôle de consul de fait. Mais le principal demeurait la garde et la protection de l’École. Un jour d’automne de 1943, le concierge m’appela à l’aide ; un officier allemand avait sonné à la porte, était entré sans mot dire et se dirigeait vers le bâtiment principal ; le directeur était sorti. Je trouvai un lieutenant, blond, gras et rose, en train de visiter, sans aucune gêne apparente, les appartements directoriaux en ponctuant sa visite de « schön » admiratifs. La conversation fut brève : aucun des deux ne parlait la langue de l’autre. Je compris qu’il faisait partie de l’état-major de la Flotte allemande de la mer Égée ; ce qu’il cherchait ne me parut pas clair. Trois jours plus tard se présenta un trio d’officiers supérieurs ; ils mirent un peu plus de formes à leur visite, ils manifestèrent moins d’enthousiasme, mais ils partageaient de toute évidence l’opinion du lieutenant. L’alerte devenait sérieuse. Demangel, qui s’était gardé jusqu’alors de tout contact avec les occupants, se résigna à informer le conseiller culturel du corps d’occupation allemand, qui était un archéologue connu de nous3. On n’entendit plus parler de la Flotte allemande. Plus tard, le conseiller culturel en question nous demanda de témoigner qu’il s’était bien comporté à l’égard de l’École française !

         La situation économique empirait au fil des ans. En 1944, la dépréciation de la monnaie fut comparable, par son ampleur et sa rapidité, à celle que l’Allemagne avait connue en 1918. À la fin de chaque mois, l’agent-comptable informait de l’heure de son passage en taxi l’ambassade de Suisse, afin qu’elle tînt prêts les sacs de pommes de terre contenant la somme correspondant au salaire du personnel français de l’École (on ne comptait plus les paquets de billets, on les pesait), et l’agent de change, afin qu’il tînt prêtes les pièces d’or qu’il remettrait en échange. Mais la valeur de la drachme avait baissé au cours du laps de temps qui s’écoulait entre les deux opérations… Tenir la comptabilité d’un établissement public dans ces conditions était un exercice de haute voltige. Le directeur de l’École dut expliquer au contrôleur financier et au conseiller de la Cour des Comptes quelle était la situation en Grèce. Quand, après la guerre, le gouvernement grec mit en circulation une drachme nouvelle, l’échange se fit à raison d’une drachme nouvelle pour 50 000 anciennes.

            L’occupation italienne prit fin dès le mois de septembre 1943, avec la capitulation de Badoglio4 ; la défection de l’Italie fut suivie de sanglants règlements de comptes entre alliés. L’occupation allemande se prolongea jusqu’en octobre 1944. La Grèce ne fut pas libérée par les Anglo-Américains au sens propre du terme ; elle fut évacuée par les Allemands. Depuis quelque temps, dans les provinces, les occupants procédaient à des regroupements, et des unités prenaient la route du Nord, sans être gênées. À Athènes, on constatait aussi qu’on embarquait du matériel et que les effectifs fondaient. Un matin, le bruit se répandit que le dernier bâtiment occupé au centre de la ville, la « maison Eliasco », sur la place du Lycabette, tout près de l’École française, avait été évacué au cours de la nuit. La population commença à venir des faubourgs vers le centre. L’après-midi du même jour, une unité de parachutistes anglais, peu nombreuse (d’environ 200 hommes) fit son apparition sur la place de la Constitution et y procéda à une parade, puis elle disparut comme elle était venue, on ne savait ni d’où ni comment.

            Ce scénario simplet, au terme de quatre années d’occupation, n’était pas de nature à provoquer un grand mouvement d’enthousiasme populaire ni de communion nationale. Aussi bien vit-on, le jour même, dans les rues d’Athènes envahie par la foule, apparaître et faire assaut de vitesse des banderoles découpées dans des draps, hâtivement couvertes de slogans politiques de toute obédience. Ces manifestations improvisées portaient en germe ce qui allait arriver deux mois plus tard.

         À la fin du mois de novembre, les Martin, ma femme et moi partîmes pour Delphes, dont on était sans nouvelles à l’École. Notre intention était d’y passer trois ou quatre jours ; nous y restâmes deux mois.

         Une insurrection avait éclaté à Athènes au début de décembre : la majorité des partisans refusait de se laisser désarmer par le gouvernement revenu d’exil, soutenu par les Anglais. La capitale fut aussitôt coupée du reste du pays. À Delphes, on n’avait pas d’autres nouvelles que le « bulletin » quotidien qu’un représentant des insurgés diffusait chaque soir, du haut du village, à l’aide d’un porte-voix. C’est ainsi que nous avons appris que le « camarade de combat » de Gaulle était allé à Moscou, et que Churchill avait passé Noël à Athènes, sans succès. Au début de janvier 1945, un militaire américain, passant à Delphes, consentit à m’emmener en jeep jusqu’à Eleusis, où l’aérodrome était occupé par un détachement américain. J’y ai bu du café, dont j’avais oublié le goût. J’appris que, si on essayait de rentrer à Athènes par la route, on risquait sa vie au passage à Daphni. Le seul mode de transport raisonnable était l’avion, d’Eleusis à Helléniko5, puis la voiture blindée pour remonter le boulevard Syngrou. Le commandant de la troupe, le capitaine Silvernail, très méfiant, voulut bien m’autoriser à téléphoner, non à l’École mais à l’ambassade de France, à condition que l’entretien se fît en anglais, en sa présence. Je chargeai le conseiller de l’ambassade de rassurer le directeur sur le sort de ses administrés et mis au point un plan de rapatriement des Delphiens par voie aérienne. Après quoi je repris la route de Delphes à pied (sur le tronçon Thèbes-Livadie). Mais le projet devint caduc, parce que, ces jours-là, les insurgés évacuèrent Athènes et qu’il s’ensuivit une nouvelle période de trouble sur les routes. Enfin, à la mi-janvier, nous pûmes regagner Athènes, en camion local d’Arakhova à Thèbes, et de là aux soins de l’armée anglaise. Le directeur nous accueillit avec un soulagement évident. Mais des surprises nous attendaient, à l’École même et dans le quartier. Les insurgés avaient trouvé un moyen commode pour construire des barricades : aux croisements des rues, ils faisaient sauter les quatre maisons d’angle. Cette opération, exécutés au croisement des rues Didotou et Asklipiou, avait fait voler les vitres en menus morceaux dans un rayon de 200 mètres. A l’École, les bâtiments donnant sur la rue Didotou étaient les plus exposés. À notre retour de Delphes, nous trouvâmes le sol des pièces et les meubles jonchés de milliers de fragments de verre. Au sous-sol du secrétariat, où étaient alors entreposées des publications de l’École, on retrouva pendant plusieurs années des aiguilles de verre fichées dans les livres.

            Du moins les bâtiments de l’École, et leur contenu, étaient-ils intacts, et on le devait au directeur. C’est pendant les troubles de décembre 1944 que l’École a couru les plus graves dangers. Les militaires des deux camps s’étaient avisés que la terrasse de la bibliothèque offrait un bon emplacement, non seulement pour un observatoire, mais aussi pur l’implantation de mitrailleuses. Les uns et les autres tentèrent d’occuper la place. Mais Demangel montait une garde vigilante, et il s’opposa à la réalisation de ces projets, avec une détermination dont la fermeté n’excluait pas la courtoisie, et en se portant garant de la neutralité de l’École. Il inspira confiance à ses interlocuteurs.

            La Grèce n’en avait pas fini avec la guerre civile. Des groupes isolés entretinrent la guérilla dans plusieurs provinces. Le gros des troupes se rassembla en Thessalie, en Épire et en Macédoine où elles recevaient de l’aide des pays voisins et y trouvaient refuge en cas de besoin. La guérilla fit place à une guerre conventionnelle entre l’armée gouvernementale et l’armée des insurgés, qui se termina par la défaite des insurgés en 1949 dans les montagnes de Macédoine.

            À Athènes, à partir du printemps de 1945, la vie reprit un cours à peu près normal. Le directeur fut rejoint par sa famille, qui avait échappé aux griffes de la gestapo. On vit arriver, par des voies diverses (dont la voie maritime de Marseille à Alexandrie et d’Alexandrie au Pirée) des membres de l’École nommés pendant la guerre. Un usage constamment observé réservait aux célibataires le logement dans les bâtiments de l’École. Mais le logement était rare à Athènes à cette époque. Le directeur décida d’héberger provisoirement les familles au pavillon des membres et à l’annexe. Les cris des enfants retentirent dans le jardin si longtemps silencieux.

            L’ordonnance créant l’École française d’Athènes avait été signée par Louis-Philippe le 11 septembre 1846. La durée du mandat du directeur de l’École était de 6 ans ; le maintien en fonctions pour un deuxième sextennat était quasiment automatique, si l’intéressé le souhaitait. Nommé en 1935, Demangel savait qu’il lui incomberait de présider à la célébration du centenaire, et il avait aussitôt commencé à élaborer des projets, et même à en réaliser certains, puisque les restaurations des monuments delphiques en faisaient partie. En 1945, Demangel entreprit des démarches à Athènes et à Paris, sans grand succès : on lui donna à entendre que des tâches plus urgentes requéraient l’attention des gouvernants et justifiaient l’attribution prioritaire de crédits. Mais Demangel ne se tint pas pour battu. Il revint à la charge, en suggérant que la célébration du centenaire soit retardée d’un an, comme celle du cinquantenaire l’avait été de deux ans à cause des affaires de Crète6. La proposition fut agréée. Le centenaire fut célébré à Athènes du 10 au 17 septembre 1947.

            Le succès fut complet. Quatre-vingt-douze Académies, Universités ou autres organismes scientifiques, d’Europe et d’Amérique, d’Afrique et d’Asie, déléguèrent des représentants. Quatre-vingt-une adresses furent déposées au cours d’une séance solennelle en présence du Roi et de la Reine de Grèce à l’École même. Souvent calligraphiées sur parchemin, rehaussées de peinture, scellées de sceaux anciens, ces adresses sont conservées aux archives de l’École. Des discours furent prononcés, des réceptions offertes, dont une par le Roi en son palais de Tatoï. Le Groupe de théâtre antique de la Sorbonne joua, en français, Agamemnon au théâtre d’Hérode Atticus et Les Perses au théâtre d’Épidaure, devant plusieurs milliers d’habitants de la région, venus à dos d’âne ou de mulet ou en carriole. On n’alla pas à Delphes, où devait être inaugurée une stèle à l’effigie de Théophile Homolle, exécutés d’après photographie par le sculpteur Apartis, parce qu’une troupe d’insurgés opérait dans le Parnasse et que l’occasion eût été belle de se livrer à un coup publicitaire. Mais on alla à Délos, où le meltem déchaîné empêcha l’appontement du caïque ; des photographies ont fixé le souvenir d’un débarquement pittoresque ; on plaça au musée une stèle à l’effigie de Maurice Holleaux, exécutés dans les mêmes conditions que celle de Homolle.

            Pendant toute la durée de cette rencontre, la bonne humeur régna. Des collègues étaient heureux de se revoir, après plusieurs années de séparation. Le succès était si évident que les détracteurs de Demangel, ne pouvant le nier, le mirent au compte de ses collaborateurs, ce qui était complètement faux : le directeur seul avait tout conçu, établi le programme, dressé la liste des invités, organisé les excursions. Il a seul veillé à l’édition du Supplément du BCH de 1946, où sont consignés tous les détails de cette célébration du centenaire, témoin d’un moment de l’histoire de l’École (il est dommage qu’on n’ait pas jugé bon de faire de même pour la célébration du 150e anniversaire en 1996).

            Les membres présents à Athènes étaient François Chamoux, Jacques Tréheux, Hubert Gallet de Santerre, Jean Delorme, Jean Pouilloux, Jean Marcadé, et deux membres belges, Léon Lacroix et Charles Delvoye. Leur rôle, et le mien, fut de veiller à l’exécution correcte du programme établi par le directeur. Nos fonctions comportaient, en outre, une partie « diplomatique ». L’ancien directeur de l’École7, qui avait soutenu la candidature de Demangel à la direction de l’École8 et largement contribué à son succès (mais était-ce pour Demangel ou contre son concurrent) ne cessait pas, pour d’obscures raisons, de le harceler de critiques, le plus souvent mesquines et non fondées. Quelque temps avant la date fixée pour la célébration du centenaire, il avait fait savoir, par mon intermédiaire, que la célébration ne serait que « dérision » si l’on ne faisait pas graver sur une plaque de marbre les noms des membres de l’École du premier siècle de son existence. Personne ne comprit pourquoi la gravure des noms sauverait la célébration du centenaire de la « dérision », mais on fit graver la liste. En arrivant à Athènes, l’ancien directeur comptait bien présider la séance solennelle de remise des adresses ; mais Demangel avait eu l’astuce de s’assurer de la présence de Pierre Jouguet ; il était le plus ancien des « Athéniens » présents, son choix comme président ne souffrait aucune discussion. Les premiers jours se passèrent assez bien ; mais on n’échappa pas au grain de sable, sous la forme de l’omission au programme d’un banquet (par je ne sais quel malentendu, tout à fait innocent) d’un discours préparé par l’ancien directeur. Un discours rentré est difficile à digérer ; il ne l’était pas apparemment encore deux mois plus tard. La célébration du centenaire de l’École eut une suite à Paris, les 6 et 7 novembre 1947. L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres consacra une séance à cet événement, une exposition fut organisée à l’Ecole des Beaux Arts et une séance solennelle couronna le tout au grand amphithéâtre de la Sorbonne, au cours de laquelle il fut dit, en présence du ministre de l’Éducation nationale, par une allusion transparente et comprise de tous, que les directions les plus prolongées n’étaient pas forcément les plus fructueuses9.

            Les festivités passées, le travail reprit, plus souvent à la bibliothèque que sur le terrain, à cause de la décision des autorités grecques de n’accorder que des autorisations de recherches complémentaires sur des fouilles anciennes avec un petit nombre d’ouvriers jusqu’au rétablissement de la paix dans tout le pays. Ces vérifications de détail réservent parfois des surprises. C’est ainsi que, à Délos, en 1946, une fouille complémentaire pratiquée à l’Artémision par deux ouvriers en vue d’obtenir quelques précisions topographiques amena la découverte d’un dépôt d’objets pour la plupart d’époque mycénienne, comprenant une cinquantaine de plaquettes d’ivoire décorées en relief, quelques bijoux en or, des statuettes de bronze, des tessons de céramique (dont certains de style géométrique). Ce dépôt faisait pendant, bien que de composition et de date différente, à celui qui avait été découvert à Delphes en 1939 : infructueuse, cette direction ?

            C’est aussi une opération du même genre, encore plus limitée, qui  procura à Demangel une des joies de sa carrière d’archéologue. En 1941, à Delphes, on avait décidé de procéder à un examen des fondations intérieures du temple d’Apollon. Dans l’angle sud-ouest de l’adyton, le bas des fondations était masqué par une couche de terre que les fouilles antérieures n’avaient pas atteinte. L’espace était restreint ; un ouvrier y travailla seul pendant trois jours. La terre contenait des tessons de céramique mycénienne et un objet de poros, haut de 3 cm et long de 6 cm, à la face principale duquel étaient représentés deux triglyphes et deux métopes. En voyant la photographie de l’objet, Demangel sortit de sa réserve habituelle et se laissa aller à manifester un enthousiasme justifié, m’expliqua-t-il, par le fait qu’il était sûr qu’un tel document avait existé, qu’il espérait depuis un quart de siècle qu’il verrait le jour et qu’il lui apportait une pleine confirmation de ses théories sur les origines de l’ordre dorique. Le surlendemain, il prit la route de Delphes, après s’être enquis de l’identité de l’ouvrier découvreur de l’objet, pour obtenir de lui toutes les précisions possibles sur le leu et les conditions de la trouvaille. Un article parut sans tarder dans le BCH 1940/41 sous le titre « Un incunable protodorique à Delphes »10.

            En 1950, déjà atteint par la maladie qui devait l’emporter deux ans plus tard, Robert Demangel quitta les fonctions qu’il avait exercées pendant 15 ans, dont 4 en période normale et 11 en temps de guerre mondiale, d’occupation étrangère et de guerre civile. Son départ de Grèce coïncidait avec la fin de la guerre civile et le retour à des conditions de travail normales pour les archéologues. Il remettait à son successeur une École, non seulement matériellement intacte dans ses bâtiments et ses collections, mais aussi unanimement respectée à cause de son attitude pendant l’occupation. Ses collaborateurs gardaient de lui une image révélée par des événements exceptionnels, celle d’un homme résolu et courageux, qui en temps ordinaire aurait été estompée par la discrétion et la modestie.

Portrait de R. Demangel. Archives de l’EFA, cliché Ph. Collet

Pour citer cet article: “Robert Demangel” par P. Amandry, publié sur le Carnet de l’AMEFA, mis en ligne le 2 janvier 2019

  1. Ernest Tharaud (1874-1953), de son nom d’écrivain Jérôme Tharaud, en binôme avec son frère Charles « Jean » Tharaud (1877-1952). Élu à l’Académie française en 1938. []
  2. Charles Picard (1883-1965). []
  3. Il s’agit très vraisemblablement d’Erich Boehringer (1897-1981), qui avait principalement travaillé à Pergame avant la guerre. Il a en effet été conseiller culturel (« Kulturreferent ») à Athènes auprès du corps d’occupation allemand, de 1940 à 1943. Toutefois, d’après les notices biographiques que nous avons consultées, cette fonction a pris fin en avril 1943, alors que P. Amandry parle de son intervention en automne : il fait probablement une erreur de quelques mois. []
  4. Président du Conseil après la chute de Mussolini le 25 juillet 1943, Pietro Badoglio conclut un armistice avec les Alliés le 8 septembre 1943. []
  5. Emplacement de l’ancien aérodrome d’Athènes avant que n’ouvre Elefthérios-Venizélos à Spata en 2001. []
  6. Révolte de la Crète contre le joug ottoman en 1895, qui l’amena à l’autonomie fin 1898. []
  7. Charles Picard. []
  8. « En ratifiant les propositions de notre Compagnie, l’Administration supérieure n’a pas seulement fait à M. R. Demangel, ancien professeur à l’Université de Montpellier, un honneur très mérité. Elle a montré sa sollicitude pour la mission de nos jeunes savants d’Athènes, heureux de retrouver comme par le passé un guide bienveillant et ferme, apte à collaborer avec tous, à éveiller des vocations et à étendre le champ de notre influence. Au moment où l’Ecole d’Athènes, fondée en 1846, approche d’un anniversaire important, et doit songer à préparer déjà son centenaire, elle ne pouvait être remise en de meilleures mains » (Ch. Picard, CRAI 1936, p. 109-110). []
  9. BCH Supplément 1948, p. 158 (par opposition au triennat d’Albert Dumont). []
  10. BCH 64-65, p. 151-162. []