En souvenir de Francis Croissant (1935-2019)

Deux ans après le décès de Francis Croissant, nous avons pensé qu’il serait utile de présenter dans le cadre du « Carnet hypothèses » de l’AMEFA la liste des publications de notre collègue et ami, précédée de quelques commentaires sur deux aspects fondamentaux de son œuvre : l’histoire des styles dans la Grèce archaïque et ses recherches à Argos, à partir de ses fouilles de l’Aphrodision. On pourra consulter, en complément, l’article d’Hélène Aurigny, « Francis Croissant et l’étude des terres cuites », dans Les Carnets de l’ACoSt (Association of Coroplastic Studies) 20, 2020 (en ligne : http://journals.openedition.org/acost/2339).

Francis Croissant à Argos

De l’étude des protomés en terre cuite à une nouvelle histoire des styles (A. Hermary)

La publication en 1983 de sa thèse de doctorat d’État, Les protomés féminines archaïques. Recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque de 550 à 480 av. J.-C., marque une étape essentielle dans l’œuvre de Francis Croissant. Comme il le rappelle dans l’avant-propos du livre, tout a commencé en 1965 quand, jeune membre de l’EFA, il participait aux fouilles de Thasos où son attention a été attirée par les nombreux visages féminins en terre cuite désignés par les spécialistes sous le nom de « protomés » (il a imposé à juste titre la forme féminine du mot, conforme à celle du grec). Deux ans plus tard il dépose à l’Académie son mémoire de troisième année consacré à ce sujet (Les protomés féminines archaïques de Thasos) : le rapport qu’en fait Jean Charbonneaux (CRAI 1968, p. 328-329) montre que les principaux éléments de sa méthode sont déjà en place. Suivent de longues années de recherches dans le cadre de sa thèse – d’abord dirigée par Pierre Demargne, puis par Jean Marcadé –, marquées par de nombreuses missions d’études en Grèce et en Asie Mineure entre 1969 et 1975 : il constitue alors un indispensable corpus photographique de centaines de protomés. Continuer la lecture de « En souvenir de Francis Croissant (1935-2019) »

L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes

Le texte a été rédigé à Athènes le 1er janvier 1974 par Pierre Amandry qui était alors dans sa cinquième année de direction de l’ÉFA. On ne sait si la date revêtait pour lui une signification précise en lien avec le texte. Sa carrière universitaire au sens restreint s’est déroulée à Strasbourg entre 1951 et 1969, à l’institut d’archéologie classique. Le texte a été revu par Michel Amandry qui a inséré des notes. Les compléments dus à Anne Jacquemin sont entre crochets droits.

Pierre Amandry à l’université de Strasbourg (Michel Amandry)

L’État grec n’avait pas encore atteint l’âge de la majorité, et la Monarchie de Juillet était proche de sa fin, quand l’École française d’Athènes fut fondée, par une ordonnance du 11 septembre 1846. C’est de loin la doyenne des institutions étrangères (maintenant au nombre de sept [1]) dont l’existence est officiellement reconnue en Grèce et l’activité autorisée, dans le domaine des recherches archéologiques. Administrée par la Direction des Enseignements Supérieurs [2], dont elle reçoit son budget, et placée, depuis 1850, sous la tutelle scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’École d’Athènes reçoit chaque année, par voie de concours, deux nouveaux membres, agrégés, parisiens ou provinciaux, et rend chaque année à l’Université française deux maîtres qui ont, pendant trois ou quatre ans de séjour en Grèce, appliqué à l’étude de documents concrets les méthodes formelles d’analyse, de raisonnement et d’exposition qu’on leur a inculquées au lycée et à l’université [3].

Dans ces échanges entre les Universités et l’École d’Athènes, l’Université de Strasbourg occupe une place privilégiée.

Continuer la lecture de « L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes »

Ernest WILL (1913-1997)

par Pierre Amandry

Nous remercions Michel Amandry de nous avoir transmis ce texte qui fait partie des Archives Pierre Amandry conservées auprès de la famille. Une note de P. Amandry précise : « Texte rédigé en 1999 à l’intention de Le Rider, pour la notice sur la vie et les travaux de Will, lue à l’Académie en octobre 1999 ». G. Le Rider a utilisé les principaux éléments de ces souvenirs, mais le reste est inédit ; on trouvera dans sa notice des CRAI 1999, p. 885-893, une présentation complète de la carrière et de l’œuvre d’Ernest Will. [A. Hermary]

À la rentrée d’octobre 1933, les élèves de la nouvelle promotion ont fait connaissance. La plupart étaient issus des khâgnes parisiennes. Parmi les provinciaux, un de nos camarades attira aussitôt l’attention, par son accent. Ernest Will avait fait toutes ses études à Strasbourg, et son accent était du meilleur aloi (j’en juge a posteriori, ayant passé dix-huit ans à Strasbourg). Une de nos distractions, par la suite, ayant constaté qu’il était assez soupe au lait, fut de le taquiner sur une question qui lui tenait à cœur, ce qui se terminait régulièrement par un mot de Cambronne à forte consonance germanique. Son père était pasteur dans la région de Strasbourg (j’ai connu ses parents), et son frère aîné, Robert, y a fait carrière comme architecte. Continuer la lecture de « Ernest WILL (1913-1997) »

Alfred Mézières

« Au temps passé » : l’École et la vie athénienne en 1850-1852

 Le Correspondant, 10 août 1905, p. 430-439

Au temps passé, Paris 1906, p. 127-150

Enfin, le jour de la délivrance arriva ! Le Pirée, Athènes ! Ces noms magiques suffirent pour dissiper toutes les brumes, pour remplir nos cœurs de joie. Quelle impatience aussi de connaître notre installation, la maison où nous allions passer deux ans, trois ans peut-être ! Très agréable à voir, la maison Gennadios, avec son perron, avec sa colonnade, avec les peintures à fresque qui décoraient les vestibules et les chambres. Elle avait, à première vue quelques chose de propre et de gai. Les murs n’étaient pas seuls à nous attendre. Le directeur de l’École d’Athènes, nos anciens, notre secrétaire nous ouvraient les bras au débotté. Physionomies intéressantes qui méritent d’être esquissées d’un crayon rapide. Continuer la lecture de « Alfred Mézières »

Robert Demangel (1891-1952)

par Pierre Amandry 

Nous remercions Michel Amandry de nous avoir transmis ce texte (qui fait partie des Archives Pierre Amandry conservées auprès de la famille) et d’y avoir ajouté des notes, ainsi que Jean-François Marcadé pour la photographie de Demangel à Délos. Il est publié avec l’aimable autorisation de sa fille Marie-Claire Demangel.

Télécharger le PDF_R. Demangel par P. Amandry

Arrivée de R. Demangel à Délos, 1949. Cl. J.-Fr. Marcadé.

        Le 1er mars 1938, le directeur de l’École française d’Athènes accueillait les deux membres de la nouvelle promotion, nommés à l’automne de 1937, qui venaient de passer trois mois en Italie selon la règle d’or en vigueur. Le directeur était Robert Demangel, les nouveaux membres étaient Ernest Will et moi-même.

        Nous n’avions rencontré notre directeur qu’une seule fois, au concours d’admission à l’École. Avant sa nomination à la direction de l’École en 1936, il occupait la chaire d’archéologie grecque à l’Université de Montpellier. Nous ne le connaissions que comme auteur de divers travaux, en particulier Le tumulus de Protésilas, datant de l’époque d’après-guerre où il avait été conseiller du Corps d’occupation français à Constantinople, sa thèse de doctorat – La frise ionique, parue en 1932 – et deux fascicules des Fouilles de Delphes consacrés au sanctuaire d’Athéna. Continuer la lecture de « Robert Demangel (1891-1952) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search