En souvenir de Francis Croissant (1935-2019)

Deux ans après le décès de Francis Croissant, nous avons pensé qu’il serait utile de présenter dans le cadre du « Carnet hypothèses » de l’AMEFA la liste des publications de notre collègue et ami, précédée de quelques commentaires sur deux aspects fondamentaux de son œuvre : l’histoire des styles dans la Grèce archaïque et ses recherches à Argos, à partir de ses fouilles de l’Aphrodision. On pourra consulter, en complément, l’article d’Hélène Aurigny, « Francis Croissant et l’étude des terres cuites », dans Les Carnets de l’ACoSt (Association of Coroplastic Studies) 20, 2020 (en ligne : http://journals.openedition.org/acost/2339).

Francis Croissant à Argos

De l’étude des protomés en terre cuite à une nouvelle histoire des styles (A. Hermary)

La publication en 1983 de sa thèse de doctorat d’État, Les protomés féminines archaïques. Recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque de 550 à 480 av. J.-C., marque une étape essentielle dans l’œuvre de Francis Croissant. Comme il le rappelle dans l’avant-propos du livre, tout a commencé en 1965 quand, jeune membre de l’EFA, il participait aux fouilles de Thasos où son attention a été attirée par les nombreux visages féminins en terre cuite désignés par les spécialistes sous le nom de « protomés » (il a imposé à juste titre la forme féminine du mot, conforme à celle du grec). Deux ans plus tard il dépose à l’Académie son mémoire de troisième année consacré à ce sujet (Les protomés féminines archaïques de Thasos) : le rapport qu’en fait Jean Charbonneaux (CRAI 1968, p. 328-329) montre que les principaux éléments de sa méthode sont déjà en place. Suivent de longues années de recherches dans le cadre de sa thèse – d’abord dirigée par Pierre Demargne, puis par Jean Marcadé –, marquées par de nombreuses missions d’études en Grèce et en Asie Mineure entre 1969 et 1975 : il constitue alors un indispensable corpus photographique de centaines de protomés. Continuer la lecture de « En souvenir de Francis Croissant (1935-2019) »

L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes

Le texte a été rédigé à Athènes le 1er janvier 1974 par Pierre Amandry qui était alors dans sa cinquième année de direction de l’ÉFA. On ne sait si la date revêtait pour lui une signification précise en lien avec le texte. Sa carrière universitaire au sens restreint s’est déroulée à Strasbourg entre 1951 et 1969, à l’institut d’archéologie classique. Le texte a été revu par Michel Amandry qui a inséré des notes. Les compléments dus à Anne Jacquemin sont entre crochets droits.

Pierre Amandry à l’université de Strasbourg (Michel Amandry)

L’État grec n’avait pas encore atteint l’âge de la majorité, et la Monarchie de Juillet était proche de sa fin, quand l’École française d’Athènes fut fondée, par une ordonnance du 11 septembre 1846. C’est de loin la doyenne des institutions étrangères (maintenant au nombre de sept [1]) dont l’existence est officiellement reconnue en Grèce et l’activité autorisée, dans le domaine des recherches archéologiques. Administrée par la Direction des Enseignements Supérieurs [2], dont elle reçoit son budget, et placée, depuis 1850, sous la tutelle scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’École d’Athènes reçoit chaque année, par voie de concours, deux nouveaux membres, agrégés, parisiens ou provinciaux, et rend chaque année à l’Université française deux maîtres qui ont, pendant trois ou quatre ans de séjour en Grèce, appliqué à l’étude de documents concrets les méthodes formelles d’analyse, de raisonnement et d’exposition qu’on leur a inculquées au lycée et à l’université [3].

Dans ces échanges entre les Universités et l’École d’Athènes, l’Université de Strasbourg occupe une place privilégiée.

Continuer la lecture de « L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search