En souvenir de Francis Croissant (1935-2019)

Deux ans après le décès de Francis Croissant, nous avons pensé qu’il serait utile de présenter dans le cadre du « Carnet hypothèses » de l’AMEFA la liste des publications de notre collègue et ami, précédée de quelques commentaires sur deux aspects fondamentaux de son œuvre : l’histoire des styles dans la Grèce archaïque et ses recherches à Argos, à partir de ses fouilles de l’Aphrodision. On pourra consulter, en complément, l’article d’Hélène Aurigny, « Francis Croissant et l’étude des terres cuites », dans Les Carnets de l’ACoSt (Association of Coroplastic Studies) 20, 2020 (en ligne : http://journals.openedition.org/acost/2339).

Francis Croissant à Argos

De l’étude des protomés en terre cuite à une nouvelle histoire des styles (A. Hermary)

La publication en 1983 de sa thèse de doctorat d’État, Les protomés féminines archaïques. Recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque de 550 à 480 av. J.-C., marque une étape essentielle dans l’œuvre de Francis Croissant. Comme il le rappelle dans l’avant-propos du livre, tout a commencé en 1965 quand, jeune membre de l’EFA, il participait aux fouilles de Thasos où son attention a été attirée par les nombreux visages féminins en terre cuite désignés par les spécialistes sous le nom de « protomés » (il a imposé à juste titre la forme féminine du mot, conforme à celle du grec). Deux ans plus tard il dépose à l’Académie son mémoire de troisième année consacré à ce sujet (Les protomés féminines archaïques de Thasos) : le rapport qu’en fait Jean Charbonneaux (CRAI 1968, p. 328-329) montre que les principaux éléments de sa méthode sont déjà en place. Suivent de longues années de recherches dans le cadre de sa thèse – d’abord dirigée par Pierre Demargne, puis par Jean Marcadé –, marquées par de nombreuses missions d’études en Grèce et en Asie Mineure entre 1969 et 1975 : il constitue alors un indispensable corpus photographique de centaines de protomés.

Soutenue en 1981, la thèse est publiée deux ans plus tard, un exemple d’efficacité scientifique rarement égalé. Le livre est dédié Pierre de La Coste-Messelière et à Ernst Langlotz. Francis Croissant avait pour le premier, dont il avait suivi les cours, une profonde admiration, en particulier pour ses travaux sur le décor sculpté des Trésors de Delphes, mais c’est Langlotz qui, dans son livre Frühgriechische Bildhauerschulen (1927), avait ouvert une voie nouvelle pour l’étude des « écoles de sculpture » et des styles régionaux de la Grèce archaïque, en englobant dans une même recherche les œuvres de la « grande sculpture », les statuettes en bronze et les figurines en terre cuite. L’enquête de Francis Croissant dépassait largement ce premier ouvrage de Langlotz [1] par son ampleur (un texte de 398 pages et un volume de 144 planches) et le nombre et la diversité des œuvres de référence (en plus des protomés, la peinture de vases joue un rôle très important). Elle renouvelait les conclusions du savant allemand, à la fois pour les aspects artistiques et sur l’histoire des principales cités grecques à la fin de l’époque archaïque, où les productions de chaque artisan, humble ou grand, « se situe à l’intérieur d’un style » qui « ne serait que l’expression d’une culture, c’est-à-dire de cet ensemble de partis pris intellectuels et esthétiques par quoi cherche à se reconnaître toute communauté humaine en se distinguant des autres » (Croissant 1983, p. 379) ; et quelques lignes plus loin, à la fin de sa conclusion : « Ce que nous font sentir concrètement nos visages de terre cuite, c’est l’existence de ce substrat commun à partir duquel s’élaborent les “chefs-d’œuvre”, et sans lequel ils ne seraient même pas pensables ».

L’importance de cet ouvrage, complété par toute une série d’articles publiés entre 1977 et 2017, a aussitôt été soulignée par Bernard Holtzmann (RA 1986, p. 81-88) et par d’autres (voir les comptes rendus de J.-Fr. Bommelaer, REA 87, 1985, p. 409-410, et R. Laffineur, AntCl 55, 1986, p. 576-578). Certains étaient plus réticents à accepter cette nouvelle approche – ainsi B. S. Ridgway, AJA 89, 1985, p. 703-704) –, mais le mouvement était lancé et les publications successives de Marcella Barra Bagnasco (Protomi in terracotta da Locri Epizefiri, Turin, 1986) et Jaime P. Uhlenbrock (The terracotta protomai from Gela, Rome, 1988) confirmaient, pour la Grèce d’Occident, l’importance des études sur ce type de matériel. C’est précisément vers la Grande Grèce, mais aussi vers le monde ibérique qu’à partir des années 1990 Francis Croissant étend son enquête, de même qu’aux périodes plus anciennes que celles envisagées dans sa thèse, la fin de l’époque géométrique et le VIIe siècle. Au-delà de la Grèce égéenne du VIe siècle, il a ainsi brillamment mis en évidence la circulation des modèles culturels à travers la Méditerranée durant toute l’époque archaïque. Le bilan qu’il présente en introduction du livre d’Elsbeth Wiederkehr Schuler sur les protomés de la Malophoros à Sélinonte, en 2004, est particulièrement instructif et son article sur le « sarcophage de Polyxène », publié en 2017 dans la RA, met un remarquable point final à l’étude des styles et des ateliers ioniens qu’il avait entreprise quarante ans plus tôt.

À travers son œuvre publiée, son enseignement à Nancy puis à Paris I, mais aussi au cours des conversations qu’il avait avec ceux qui s’intéressaient à ces questions, Francis Croissant a profondément fait évoluer notre conception des arts figurés dans la Grèce archaïque et des liens qui les rattachent à l’histoire des cités.

 

Les travaux à Argos (H. Aurigny)

Deux ans après son arrivée à Athènes comme membre de l’EFA, Francis Croissant commence à fouiller à Argos, au printemps 1966, à la faveur du concours demandé par le service archéologique à l’École pour mener à bien les nombreux « sondages d’urgence », rendus obligatoires depuis peu pour obtenir le permis de construire. Il met en œuvre la méthode stratigraphique héritée de M. Wheeler et développée justement à Argos, pour la première fois en Grèce, par Paul Courbin depuis le milieu des années 1950.

Ces fouilles au sud-ouest de l’Odéon romain lui permettent, de 1966 à 1968, de découvrir le sanctuaire d’Aphrodite du « Prôn », le promontoire, comme le précise une inscription. Le nom de la déesse sur un tesson archaïque permet d’identifier le sanctuaire mentionné par Pausanias et qu’il situe « au-delà du théâtre ». Les carnets de fouille soignés et les rapports de fouille détaillés rédigés par Francis Croissant documentent avec rigueur le profit scientifique de ces opérations de terrain menées de 1967 à 1974 pour l’Aphrodision. En effet, non seulement les niveaux de structures repérés permettaient de dater les premières phases d’occupation du Bronze Moyen, mais surtout c’est l’histoire du sanctuaire qui pouvait être retracée malgré la très brève allusion de Pausanias. Devenant abondant surtout à partir de la fin du VIIe siècle, le matériel votif archaïque et classique est notamment constitué par des milliers de figurines de terre cuite locales qui illustrent la persistance de choix stylistiques et techniques tout au long du VIe siècle, et par de la céramique qui renseigne sur le culte, ne serait-que par les quelques dédicaces qu’elle conserve. Francis Croissant s’est efforcé de reconstituer les étapes de l’histoire du sanctuaire, des premiers aménagements monumentaux (oikos, stoa archaïque puis temple classique) à la destruction brutale à la fin du IVe siècle apr. J.-C.. Bien qu’il n’ait pu faire aboutir la publication de l’ensemble, en raison de diverses obligations dont l’achèvement du volume des Fouilles de Delphes (IV, 7) sur les frontons du temple classique (2003), il n’a cessé d’en étudier la documentation et il a composé une équipe capable de mener à bien l’étude des différentes catégories de matériel ; il y travaillait encore quelques mois avant sa disparition.

Mais quel que soit le bénéfice considérable de disposer d’un sanctuaire urbain argien bien identifié et dont on peut suivre une partie de l’histoire, Francis Croissant en avait dès le départ souligné également l’intérêt topographique. La zone du Prôn regroupe en effet le sanctuaire d’Aphrodite et le lieu de réunion de l’assemblée argienne, l’Haliaia, séparés par un escalier monumental qui semble dans l’axe d’une rue ancienne reliant cet ensemble à l’agora. La vérification sur le terrain en 2015 montra que l’Aphrodision est bien l’aboutissement de cette rue archaïque, même si le grand escalier taillé dans le rocher, qui adopte une orientation légèrement différente, semble un peu postérieur à la fin du VIIe siècle. Francis Croissant s’est toujours efforcé de comprendre l’ensemble de la trame urbaine de l’Argos antique ; il fut aussi particulièrement engagé dans les réflexions sur la protection du patrimoine historique de la ville, qui contribuaient à renforcer une archéologie urbaine encore à ses débuts. À l’initiative de René Ginouvès au début des années 1980, une coopération entre l’EFA et le service archéologique avait pour but de définir les modalités d’une intégration au développement urbain de la conservation du patrimoine archéologique et architectural. En effet, Argos conservait dans les années 1970 un patrimoine architectural néoclassique important qui n’était pas moins menacé que les vestiges antiques. Cette prise de conscience ouvrit la voie à une approche nouvelle de la cité antique et moderne, et Francis Croissant prit la responsabilité d’un programme interdisciplinaire du CNRS qui associa à l’EFA et au service archéologique, de 1984 à 1991, des architectes-urbanistes, autour de Gilles Reynal et Hubert Rio. L’objectif était la mise en place d’un parc archéologique pour valoriser les vestiges et relier entre eux les différents secteurs de fouille, l’agora et la zone du théâtre, avec le centre de la ville moderne, la place du Vieux Marché. Francis Croissant avait également accepté d’assumer, dans ces mêmes années, la responsabilité d’un Guide d’Argos, qu’il croyait, grâce aux résultats du colloque de 1990 (publié en 1998), pouvoir asseoir sur les recherches françaises et grecques à Argos.

Même si le projet est resté limité à la zone archéologique proprement dite, si le Guide n’a jamais vu le jour, si la coopération qu’il saluait alors ne s’est guère prolongée, Francis Croissant a conservé son optimisme et sa confiance dans les possibilités ouvertes par une exploration collective de la cité d’Argos. Il appelait de ses vœux la fin des aventures individuelles et la « coopération interne » aussi bien qu’externe, condition d’une réelle progression des études argiennes.

Francis Croissant au musée de Cumes (A. Duplouy)

Bibliographie de Francis Croissant

Monographies

Les protomés féminines archaïques : recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque de 550 à 480 av. J.-C., BEFAR 250, Paris, 1983.

Fouilles de Delphes IV. Monuments figurés, sculpture 7. Les frontons du temple du IVe siècle, Athènes, 2003.

Articles

« Deux têtes féminines d’époque classique » (avec Cl. Rolley), BCH 89, 1965, p. 317-331.

« Remarques sur la métope dite d’Alkyoneus à l’Héraion du Silaris », BCH 89, 1965, p. 390-399.

« Aphrodite gardienne des magistrats » (avec Fr. Salviat), BCH 90, 1966, p. 460-471.

« Une Aphrodite méconnue du début du IVe siècle », BCH 95, 1971, p. 65-107.

« Note de topographie argienne », BCH 96, 1972, p. 137-154.

« Delphes : sculptures des frontons du temple du IVe siècle » (avec J. Marcadé), BCH 96, 1972, p. 887-895.

« Collection Paul Canellopoulos IV. Vases plastiques attiques en forme de têtes humaines », BCH 97, 1973, p. 205-225.

« Delphes : sculptures », BCH 98, 1974, p. 785-788.

« Note sur la statue de Dionysos Mitréphoros », BCH 99, 1975, p. 709-710.

« Sur quelques visages ioniens de la fin de l’archaïsme », Études delphiques, BCH Suppl. 4, 1977, p. 337-363.

« La statue assise de la Voie Sacrée à Delphes », BCH 102, 1978, p. 587-590.

« Art et artisanat dans la plastique attique du VIe siècle av. J.-C. », Ktèma 3, 1978, p. 47-54 pl. I-V.

« Observations sur le style de la tête Wix », ΣΤΗΛΗ. Τόμος εις μνήμην Νικολάου Κοντολέοντος, Athènes, 1978, p. 48-50 pl. 6.

« Les frontons du temple du IVe siècle à Delphes : premiers essais de restitution », RA 1980, p. 172-179.

« Les frontons sculptés du temple d’Apollon à Delphes : esquisse d’une restitution », dans H. Kyrieleis (éd.), Archaische und klassische griechische Plastik. Akten des internationalen Kolloquiums vom 22.–25. April 1985 in Athen, vol. II, Mayence, 1986, p. 187-197.

« Tradition et innovation dans les ateliers corinthiens archaïques : matériaux pour l’histoire d’un style », BCH 112, 1988, p. 91-166.

« Hygieia », dans Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae V, Munich et Düsseldorf 1990, p. 554-572, pl. 380-395.

« La sculpture en pierre », dans Guide de Delphes. Le musée, Athènes, 1991, p. 77-138.

« Les débuts de la plastique argienne », Polydipsion Argos. Argos de la fin des palais mycéniens à la constitution de l’État classique, BCH Suppl. 22, 1992, p. 69-86.

« Sybaris : la production artistique », dans A. Stazio (éd.), Sibari e la Sibaritide. Atti del Trentaduesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto-Sibari, 7-12 ottobre 1992, Tarente, 1994, p. 539-559, pl. XXXII-XLVII.

« Observations sur la date et le style du fronton de la Gigantomachie, Acr. 631 », REA 95, 1993 (Hommage à Jean Marcadé), p. 61-77.

« Le Dionysos du fronton occidental de Delphes : histoire d’un faux problème », BCH 118, 1994, p. 353-360.

« Praxias, 3° », dans EAA Suppl. IV, 1996, p. 462-464.

« Les Athéniens à Delphes avant et après Chéronée », dans P. Carlier (éd.), Le IVe siècle av. J.-C. : approches historiographiques, Nancy, 1996, p. 127-139.

« Le problème de l’art ‘gréco-ibère’ : état de la question » (avec P. Rouillard), dans R. Olmos, P. Rouillard (éd.), Formes archaïques et arts ibériques, Madrid, 1996, p. 55-66.

« Arte e artigiano nella Sibaritide arcaica », dans E. Lattanzi et al. (éd.), I Greci in Occidente: Santuari della Magna Grecia in Calabria, Naples, 1996, p. 189-194.

« Propositions pour l’aménagement d’un parc archéologique à Argos », dans A. Pariente, G. Touchais (éd.), Argos et l’Argolide, topographie et urbanisme, Actes de la Table Ronde internationale Athènes-Argos 28/4-1/5 1990, Athènes, 1998, p. 461-478.

« Note sur le style des sculptures de Porcuna », Los Iberos. Príncipes de Occidente, Estructuras de poder en la sociedad Ibérica, Barcelone, 1999, p. 283-286.

« La peinture grecque et l’histoire des styles archaïques », dans M.-Chr. Villanueva Puig, Fr. Lissarrague, P. Rouillard, A. Rouveret (éd.), Céramique et peinture grecques : modes d’emploi, Actes du colloque international Paris I-Paris X-École du Louvre, avril 1995, Paris, 1999, p. 257-266.

« La diffusione dei modelli stilistici greco-orientali nella coroplastica arcaica della Grecia d’Occidente », dans A. Stazio (éd.), Magna Grecia e Oriente Mediterraneo prima dell’età ellenistica: Atti del trentanovesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 1-15 ottobre 1999, Tarente, 2000, p. 427-455, pl. XVI-XXV.

« La fouille de Delphes et l’histoire de la sculpture grecque », dans A. Jacquemin (éd.), Delphes cent ans après la Grande Fouille. Essai de bilan. Actes du colloque international organisé par l’École française d’Athènes, Athènes-Delphes, 17-20 septembre 1992, BCH Suppl. 36, 2000, p. 333-347.

« ‘Die unbegreifliche Aphrodite’ », ΑΓΑΛΜΑ. Μελετές για την αρχαία πλαστική προς τιμήν του Γιώργου Δεσπίνη, Thessalonique, 2001, p. 195-203.

« Observations sur la korè de Délos A 4062 », Αφιέρωμα στην μνήμη του γλύπτη Στέλιου Τριάντη, Athènes, 2002, p. 53-62.

« Crotone et Sybaris : esquisse d’une analyse historique de la koinè culturelle achéenne », dans E. Greco (éd.), Gli Achei e l’identitá etnica degli Achei d’Occidente, Atti del convegno Internazionale di studi, Paestum, 23-25 Febbraio 2001, Paestum et Athènes, 2002, p. 397-413, pl. 1-10.

« Sur la diffusion de quelques modèles stylistiques corinthiens dans le monde colonial de la deuxième moitié du VIIe siècle », RA 2003, p. 227-254.

« Παρατηρήσεις για τη Γένεση και την Ανάπτυξη των Τοπικών Τεχνοτροπιών στη Νησιωτική Πλαστική της Πρώιμης Αρχαϊκής Περιόδου », Αρχαιογνωσία 12, 2003-2004, p. 141-166.

Introduction du livre d’E. Wiederkehr Schuler, Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte, Naples, Cahiers du Centre Jean Bérard XXII, 2004, p. XIII-XXIII.

« Observations sur quelques korés samiennes de l’époque de Chéramyès », RA 2005, p. 283-305.

« Aux Origines du Style Parien », dans E. Simantoni-Bournia et al., Ἀμύμονα ἔργα. Τιμητικός τόμος για τον καθηγητή Βασίλη K. Λαμπρινουδάκη, Athènes, 2007, p. 119-132.

« Style et identité dans l’art grec archaïque », dans J.-M. Luce (éd.), Les identités ethniques dans le monde grec antique, Pallas 73, 2007, p. 27-37.

« Les échos de la sculpture attique en Occident », dans E. Greco, M. Lombardo (éd.), Atene e l’Occidente: I grandi temi, Athènes, 2007, p. 295-324.

« Les premières korés cycladiques », dans Y. Kourayos, Fr. Prost (éd.), La sculpture des Cyclades à l’époque archaïque. Histoire des ateliers, rayonnement des styles, Actes du colloque international organisé par l’Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques des Cyclades et l’École française d’Athènes (7-9 septembre 1998), BCH Suppl. 48, 2008, p. 311-331.

« Batailles géométriques pariennes », Alba della città, alba delle immagini?, Athènes, 2008, p. 31-62.

« Le premier kouros parien », Annali di archeologia e storia antica 15-16, 2008-2009, p. 155-166.

« Identification d’une déesse : questions sur l’Aphrodite argienne », dans Cl. Prêtre (éd.), Le donateur, l’offrande et la déesse. Systèmes votifs dans les sanctuaires de déesses du monde grec, Kernos Suppl. 23, 2009, p. 181-202.

« Hygieia », dans Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC), Supplementum 2009, Düsseldorf, 2009, p. 288-289, pl. 140.

« Pour une relecture archéologique du ‘phénomène orientalisant’ », dans R. Étienne (dir.), La Méditerranée au VIIe siècle av. J.-C. (essais d’analyses archéologiques), Paris, 2010, p. 312-344.

« Cinquante ans de recherches de l’École française à Argos (1952-2002) », dans D. Mulliez (éd.), Sur les pas de Wilhelm Vollgraff. Cent ans d’activités archéologiques à Argos, Athènes, 2013, p. 59-74.

« Observations sur le sarcophage de Polyxène et les styles de l’Ionie du Nord à la fin de l’archaïsme », RA 2015, p. 259-292.

« Du nouveau sur les terres cuites grecques ? À propos de quelques publications récentes », Topoi, 21/1, 2017, p. 263–280.

« Observations sur la plastique argienne archaïque » (avec H. Aurigny), dans V. Jeammet, S. Descamps (éd.), Pratiques d’atelier : du coroplathe au bronzier, Journée d’études de la SFAC, 12 mars 2016, Rennes, à paraître.

Articles dans des ouvrages de plus grande diffusion

« Les protomés féminines archaïques », Dossiers Histoire et Archéologie 81, 1984, p. 39-43.

« Argos 1985 : l’archéologie comme réponse à l’anarchie urbaine », Nouvelles de l’archéologie 20, 1985, p. 97-102.

« L’art grec », Histoire de l’art, Paris, Larousse, 1986, p. 81-128.

« Les frontons du temple d’Apollon à Delphes », Les Dossiers d’Archéologie 151, 1990, p. 49-51.

« L’Archaïsme grec et l’Orient » et « Artistes et artisans dans les cités archaïques : le problème des styles », Grand Atlas Universalis de l’Art, Paris, 1993, p. 136-139.

Rapports de fouilles et travaux complémentaires

« Thasos : Champ Valma. Sculptures. Inscriptions », BCH 90, 1966, p. 944-966 (dans la « Chronique des fouilles » de G. Daux).

« Argos : agora, secteur δ », BCH 91, 1967, p. 814-832 (id.).

« Argos : agora, secteur δ », BCH 92, 1968, p. 1021-1039 (id.).

« Argos : secteur δ, Aphrodision, et sondage au S.-E. de l’Odéon », BCH 93, 1969, p. 986-1024 (id.).

« Argos : sondages », BCH 94, 1970, p. 788-798.

« Argos : Aphrodision et sondages », BCH 95, 1971, p. 745-770.

« Argos », BCH 96, 1972, p. 883-886.

« Argos : Aphrodision », BCH 97, 1973, p. 476-481.

« Argos : Aphrodision », BCH 98, 1974, p. 759-763.

« Argos : Aphrodision », BCH 99, 1975, p. 696-699.

« L’Aphrodision » (avec H. Aurigny, L. Fadin, K. Rivière), BCH 139-140, 2015-2016 (2018), p. 843-848.

Variétés et comptes rendus

« Problèmes du style sévère », REG 87, 1974, p. 345-349 (à propos de B. S. Ridgway, The Severe Style in Greek Sculpture, 1970).

« Les kouroi du Ptoion », RA 1977, p. 87-94 (à propos de J. Ducat, Les kouroi du Ptoion. Le sanctuaire d’Apollon Ptoieus à l’époque archaïque, 1971).

C. r. de T. Kelly, A History of Argos to 500 B.C. (1977), Revue Historique 534, 1980, p. 497-503.

C. r. de B. A. Barletta, Ionic Influence in Archaic Sicily. The Monumental Art (1983), REA 90, 1988, p. 473-476.

« Anatomie d’un style colonial : les protomés féminines de Locres », RA 1992, p. 103-110 (à propos de M. Barra-Bagnasco, Protomi in terracotta da Locri Epizefiri. Contibuto allo studio della scultura arcaica in Magna Grecia, 1986).

« La sculpture grecque est-elle un art abstrait ? », Topoi 4, 1994, p. 95-107 (à propos de Ph. Bruneau, « L’art grec », dans Bruneau et al., La sculpture, prestige de l’Antiquité, du VIIIe siècle av. J.-C. au Ve siècle après J.-C., 1991, p. 10-113).

C. r. de D. Viviers, Recherches sur les ateliers de sculpteurs et la Cité d’Athènes à l’époque archaïque. Endoios, Philergos, Aristoklès (1992), RA 1994, p. 463-466.

C. r. de A. Moustaka, Grossplastik aus Ton in Olympia (OlForsch XXII, 1993), AntCl 65, 1996, p. 558-560.

« Argolica paralipomena », Topoi 7, 1997, p. 263-265 (à propos de M. Piérart, « Vingt ans de recherches sur Argos », Topoi 6, 1996, p. 9-48).

Cl. Rolley, La sculpture grecque 2. La période classique (1999), Topoi 12-13, 2005, p. 513-521.

C. r. de T. Ismaelli, Archeologia del culto a Gela: il santuario del Predio Sola (2011), RA 2013, p. 188-192.

Nécrologie

« Claude Rolley (1933-2007) » (avec St. Verger), RA 2007, p. 121-128.

Articles en ligne

« Les figurines de terre cuite de l’Aphrodision d’Argos » (avec H. Aurigny), Carnets de l’ACoSt 15, 2016 : http://acost.revues.org/953.

 

[1] Suivi, bien des années plus tard (1975) par Studien zur nordostgriechischen Kunst qui, pour une région plus limitée, reprend et approfondit la méthode définie un demi-siècle plus tôt.

 



Citer ce billet
Anna Cannavò (2021, 23 avril). En souvenir de Francis Croissant (1935-2019). Carnet de l’AMEFA. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0ud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search