L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes

Le texte a été rédigé à Athènes le 1er janvier 1974 par Pierre Amandry qui était alors dans sa cinquième année de direction de l’ÉFA. On ne sait si la date revêtait pour lui une signification précise en lien avec le texte. Sa carrière universitaire au sens restreint s’est déroulée à Strasbourg entre 1951 et 1969, à l’institut d’archéologie classique. Le texte a été revu par Michel Amandry qui a inséré des notes. Les compléments dus à Anne Jacquemin sont entre crochets droits.

Pierre Amandry à l’université de Strasbourg (Michel Amandry)

L’État grec n’avait pas encore atteint l’âge de la majorité, et la Monarchie de Juillet était proche de sa fin, quand l’École française d’Athènes fut fondée, par une ordonnance du 11 septembre 1846. C’est de loin la doyenne des institutions étrangères (maintenant au nombre de sept [1]) dont l’existence est officiellement reconnue en Grèce et l’activité autorisée, dans le domaine des recherches archéologiques. Administrée par la Direction des Enseignements Supérieurs [2], dont elle reçoit son budget, et placée, depuis 1850, sous la tutelle scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’École d’Athènes reçoit chaque année, par voie de concours, deux nouveaux membres, agrégés, parisiens ou provinciaux, et rend chaque année à l’Université française deux maîtres qui ont, pendant trois ou quatre ans de séjour en Grèce, appliqué à l’étude de documents concrets les méthodes formelles d’analyse, de raisonnement et d’exposition qu’on leur a inculquées au lycée et à l’université [3].

Dans ces échanges entre les Universités et l’École d’Athènes, l’Université de Strasbourg occupe une place privilégiée.

Parmi les membres de l’École, depuis sa fondation jusqu’à ce jour, nombreux ont été les Strasbourgeois, ou Alsaciens, de naissance ou de formation universitaire. Je me bornerai à citer quelques noms. En 1860, Carl Wescher [4] déchiffrait des inscriptions sur le grand mur polygonal de Delphes. En 1873, Gustave Bloch [5], né à Fegersheim, inaugurait avec ses camarades, sur les pentes du Lycabette, les nouveaux bâtiments où l’École est demeurée depuis lors. Jules Martha, qui arriva à Athènes en 1876, était né à Strasbourg [6] ; il s’intéressa aux Étrusques, sur l’art desquels il a écrit un livre qu’on lit encore [7]. Dans la promotion de 1883, Charles Diehl était de Strasbourg [8] et Félix Dürrbach de Schiltigheim [9] ; ils devaient tous deux se faire un nom, l’un dans l’histoire byzantine [10], l’autre dans l’épigraphie délienne [11]. Plus près de nous, Henri Seyrig, mort l’an dernier [12], a été membre et secrétaire général de l’École d’Athènes, avant de diriger à Beyrouth, pendant près de trente-cinq ans, d’abord le Service des Antiquités de Syrie et du Liban, puis l’Institut français d’archéologie. Mon camarade de promotion à l’École d’Athènes en 1937, M. Ernest Will [13], est à son tour directeur de l’Institut français de Beyrouth [14].

L’École d’Athènes n’a pas moins donné à l’Université de Strasbourg qu’elle en a reçu ; elle lui a fourni des professeurs dans toutes les branches des études sur l’antiquité grecque.

En 1853, Numa Fustel de Coulanges était reçu au concours d’admission à l’École d’Athènes. Pendant son séjour en Grèce, il fit deux voyages à Chio, copiant des inscriptions, cherchant la trace des remparts antiques sans mépriser pour autant les monastères byzantins ni les restes du temps de la domination génoise ou turque, s’intéressant même aux cultures de l’île. Il en tira un Mémoire sur l’île de Chio, où apparaissent déjà les qualités de style, la rigueur du raisonnement, la tendance à la généralisation, qui caractérisent son œuvre maîtresse, La cité antique, parue en 1864, achevée à Strasbourg où Fustel de Coulanges dispensa, à partir de 1860, un enseignement que la guerre de 1870 interrompit.

En 1919, l’Université de Strasbourg fit appel à trois anciens membres de l’École d’Athènes : Pierre Roussel eut la chaire de langue et littérature grecques, Eugène Cavaignac celle d’histoire de la Grèce et de l’Orient, Paul Perdrizet celle d’archéologie classique.

Pierre Roussel, né à Nancy [15], avait consacré toute son activité, à l’École d’Athènes, de 1905 à 1909, à continuer l’exploration archéologique de Délos – en particulier, du sanctuaire de Héra, où il avait fait d’importantes découvertes – et l’étude des inscriptions trouvées dans l’île sainte d’Apollon. Avant sa nomination à Strasbourg, il avait déjà publié un volume du Corpus des inscriptions grecques [16] et ses thèses de doctorat sur Délos colonie athénienne et Les cultes égyptiens à Délos. Il appliquait la même méthode de critique rigoureuse et lucide à l’archéologie et à l’épigraphie, à la philologie et à l’histoire religieuse, dans l’enseignement et dans la recherche. Pierre Roussel ne passa que six ans à Strasbourg : en 1925, il fut appelé à la direction de l’École d’Athènes [17].

Plus tard, en 1941, un autre ‘Athénien’ fut chargé de l’enseignement de la langue et de la littérature grecques à l’Université de Strasbourg, alors repliée à Clermont-Ferrand. Michel Feyel avait été membre de l’École d’Athènes de 1933 à 1937. L’histoire de la Béotie à l’époque hellénistique lui fournit le sujet de sa thèse, soutenue en 1942 : Polybe et l’histoire de Béotie et Contribution à l’épigraphie béotienne (publiée par les soins de l’Université de Strasbourg). Pris comme otage à Clermont-Ferrand en 1944 [18], Michel Feyel est mort dans un camp d’Allemagne quelques jours avant l’arrivée des troupes alliées [19].

Eugène Cavaignac a enseigné l’histoire de la Grèce et de l’Orient ancien à l’Université de Strasbourg de 1919 à 1945. Dès son arrivée à l’École d’Athènes en 1903, il s’était intéressé non seulement à Delphes et à d’autres sites de la Grèce antique, mais aussi à l’Égypte, à l’Asie Mineure, à la Perse. Cette diversité dans la curiosité d’esprit a marqué l’œuvre, abondante, qu’il a laissée au terme d’une longue vie [20], où la période strasbourgeoise a occupé un quart de siècle. Passionné par le problème hittite, Eugène Cavaignac fut un des fondateurs [21] de la Revue hittite et asianique. Auteur d’ouvrages sur des sujets précis, comme l’histoire de Sparte, il écrivit aussi de vastes synthèses, comme une Histoire de l’Antiquité [22], une Chronologie de l’histoire mondiale [23], et il dirigea la publication d’une Histoire du monde en 22 volumes, à laquelle il fournit des contributions, non seulement sur l’Antiquité, mais aussi sur le Moyen Âge.

Son successeur, M. Yves Béquignon [24], ancien étudiant de l’Université de Strasbourg, ancien membre et secrétaire général de l’École d’Athènes de 1923 à 1931, a consacré à l’histoire de la Thessalie ses thèses de doctorat (La vallée du Sperchios et Recherches archéologiques à Phères de Thessalie) et de nombreux articles de topographie et d’épigraphie. Ecrit en guise de distraction, un volume comme L’Iliade [25] montre combien l’expérience directe du pays et des monuments aide à sentir un texte littéraire.

Atteint par la limite d’âge en 1972, M. Béquignon a été remplacé par M. Edmond Lévy qui, au cours de son séjour à l’École d’Athènes de 1963 à 1966, a participé aux fouilles de Délos.

De même que l’enseignement de l’histoire de la Grèce et de l’Orient ancien, celui de l’archéologie classique a été constamment assuré à l’Université de Strasbourg, depuis 1919, par d’anciens ‘Athéniens’.

Paul Perdrizet, né à Montbéliard, avait des attaches familiales en Alsace et en Lorraine. Il enseigna à Strasbourg de 1919 jusqu’à sa retraite, en 1936. Arrivé à Athènes en 1893, alors que les fouilles de Delphes battaient leur plein, il y a avait participé. Mais la Grèce classique ne suffisait pas à satisfaire sa curiosité. La Thrace, l’Égypte, la Syrie l’attirèrent, l’une après l’autre. À chacune de ces régions du monde antique, il consacra des travaux érudits et originaux, riches d’idées fondées sur une documentation bien établie. Puis l’Antiquité même lui fut un domaine trop restreint. Le champ de ses recherches s’étendit à l’art chrétien, d’Orient et d’Occident. C’est à la Vierge de Miséricorde qu’il consacra une monumentale thèse de doctorat. Pendant ses années d’enseignement à Strasbourg, en même temps qu’il poursuivait ses recherches sur l’iconographie et les religions de l’antiquité gréco-romaine, il publiait dans les collections de la Faculté des Lettres de Strasbourg et dans diverses revues, parisiennes, alsaciennes, lorraines, franc-comtoises, des études sur les calendriers du Moyen Âge et sur des images de la Vierge dans l’art des provinces orientales de la France.

Cet érudit de la Renaissance, attardé dans une époque de spécialisation, eut pour successeur M. Pierre Demargne. Arrivé à Athènes en 1926, sous la direction de Pierre Roussel, M. Demargne avait été attiré par la Crète, où avait travaillé son père, Joseph Demargne, lui-même membre de l’École d’Athènes de 1896 à 1898. M. Pierre Demargne a participé aux fouilles de l’École sur le site minoen de Mallia et publié le résultat de ces fouilles. Mais c’est au renouveau de la civilisation crétoise, à l’époque archaïque, qu’il a consacré sa thèse de doctorat, La Crète dédalique, parue en 1947. La familiarité qu’il a acquise avec les civilisations de la Grèce et du Proche-Orient, à l’Âge du Bronze et au début de l’Âge du Fer, lui a permis d’écrire, outre de nombreuses études de détail, un ouvrage de synthèse original sous le titre Naissance de l’art grec. L’enseignement de M. Demargne à Strasbourg, interrompu de 1939 à 1945 par la guerre et la captivité, prit fin en 1950, du fait d’une nomination à la Sorbonne.

J’ai moi-même assuré l’enseignement de l’archéologie classique à Strasbourg de 1951 à 1969. Nomme à cette date à la direction de l’École d’Athènes – le deuxième, après Pierre Roussel, sur les douze directeurs que l’École a eus depuis sa fondation, qui ait été choisi parmi les professeurs de l’Université de Strasbourg – j’ai été remplacé par M. Gérard Siebert, strasbourgeois d’ascendance et de naissance, ancien étudiant de l’Université de Strasbourg et ancien membre de l’École d’Athènes.

Depuis 1961, le professeur d’archéologie est aidé dans sa tâche par un assistant. Ce poste a été occupé successivement par plusieurs anciens membres de l’Ecole d’Athènes : MM Christian Le Roy (1961-1965), Olivier Pelon (1966-1968), Gérard Siebert (1969-1969), Jean-François Bommelaer (depuis 1970). De 1963 [26] à 1965, l’assistant d’histoire grecque a été aussi un ancien ‘Athénien’, M. Jean Ducat.

À Athènes, l’architecte principal des fouilles de l’École est un Alsacien, diplômé de l’École d’architecture de Strasbourg. Deux des membres du personnel scientifique de la bibliothèque sont d’anciennes étudiantes de l’Université de Strasbourg, titulaires respectivement d’une maîtrise et d’une licence d’archéologie.

Depuis quatre ans, l’École accueille sur chacun de ses chantiers de fouilles, pour un stage d’un à deux mois, un étudiant en archéologie au moins licencié. Trois étudiants de Strasbourg ont profité de cette formation pratique, complément indispensable de l’enseignement universitaire pour qui a la vocation de faire carrière dans l’archéologie.

Dans cette carrière, les places ne sont pas nombreuses, et il est honnête d’informer les étudiants que la voie est étroite et risque d’aboutir à une impasse. Mais, pour ceux que cette mise en garde n’arrête pas, où pourraient-ils trouver de meilleurs conditions de travail qu’à Strasbourg ? Nulle part en France – pour se borner à la période antique – ne sont dispensés autant d’enseignements d’histoire, d’archéologie, d’histoire religieuse, de philologie, de papyrologie, de linguistique, pour toutes les régions du monde antique : Grèce et Italie, Proche-Orient, Égypte, Gaule. Nulle part ailleurs n’existent des bibliothèques aussi riches et faciles d’accès que la Bibliothèque Nationale et Universitaire et que les bibliothèques des divers Instituts des anciennes Facultés des Lettres et de Théologie catholique et protestante.

Sera-t-il permis au signataire de ces lignes, qui a été pendant dix-huit ans, à Strasbourg, directeur de l’Institut d’archéologie et, pendant plusieurs années, directeur du centre de recherches sur le Proche-Orient, d’émettre un vœux, en ce premier jour d’une année nouvelle ? Les livres coûtent de plus en plus cher, les livres archéologiques coûtent plus cher que beaucoup d’autres. Mais que l’impossible soit fait pour maintenir à leur haut niveau les bibliothèques d’Instituts, aussi précieuses pour l’enseignement que pour la recherche ! qu’on ne laisse pas les bureaux pratiquer, à coups d’ordinateurs, une politique d’apparente égalité en mesurant l’importance des crédits au nombre des étudiants ! Et un autre vœu : puisse se réaliser enfin un projet qui existe depuis une dizaine d’années, celui de la construction, dans le cadre de la nouvelle Université de Strasbourg, d’un musée d’art antique groupant les collections d’antiquités orientales, égyptiennes et grecques en un ensemble qui n’aurait pas son pareil dans la province française !

Athènes, 1er janvier 1974

Pierre Amandry

Strasbourg, Palais Universitaire (Sylvain Perrot)

[Le lien entre l’École française et l’Alsace, et tout particulièrement l’Université de Strasbourg ne s’est point rompu depuis 1974.

Plusieurs enseignants dont P. Amandry avait mentionné l’arrivée à Strasbourg y ont mené toute leur carrière : ce fut le cas en archéologie classique de l’Alsacien Gérard Siebert et de Jean-François Bommelaer qui devint professeur sur une seconde chaire d’archéologie classique et en histoire grecque d’Edmond Lévy, le successeur d’Yves Béquignon.

En 1974, l’Université de Strasbourg recruta comme assistant en archéologie et histoire de Byzance un ancien membre de l’ÉFA (1970-1974) alsacien, ancien élève du Gymnase Jean Sturm et du Lycée de Fustel de Coulanges, Jean-Michel Spieser ; devenu maître-assistant en 1975, il fut professeur de 1981 à 1997, avant d’enseigner à Fribourg (Suisse). Depuis 2004, c’est un ancien membre belge de l’ÉFA, Catherine Vanderheyde (1993-2000) qui est chargée de l’histoire et de l’archéologie de Byzance.

En histoire grecque, Anne Jacquemin (1977-1981) fut recrutée en 1985 comme maître de conférences d’histoire grecque et exerça ensuite comme professeur de 1994 à 2017. Son successeur en 2018 fut Julien Fournier, ancien membre (2004-2008) et ancien directeur des études à l’ÉFA (2012-2016).

Le second poste de maître de conférences qui avait disparu en 1985 fut récréé et occupé de 1990 à 1994 par Alexandre Farnoux (1986-1990). Il eut pour successeur en 1995 Jean-Yves Marc (1991-1995), qui devint rapidement maître de conférences en archéologie romaine, avant de devenir comme professeur le successeur de Gérard Siebert dont la chaire avait été redéfinie comme chaire d’archéologie romaine. Cédric Brélaz, membre suisse de l’ÉFA, occupa ce poste de sa sortie d’Athènes à sa nomination comme professeur à l’Université de Fribourg (2007-2015).

En archéologie classique fut élu comme successeur de Jean-François Bommelaer en 1998 un ancien membre belge, Thierry Petit (1986-1989) qui quitta Strasbourg pour Québec et l’Université Laval. En 2018, Sylvain Perrot (2011-2015), devenu chargé de recherches au CNRS, choisit comme laboratoire de rattachement l’UMR 7044 Archimède et en 2019, Rachel Nouet (2015-2019) fut élue maître de conférences en archéologie grecque.

Il existe enfin à l’ÉFA un domaine où les liens avec Strasbourg sont particulièrement forts : il s’agit de l’architecture. P. Amandry a mentionné Martin Schmid, le premier d’une série d’architectes coopérants VSNA (volontaires pour le service national actif, substitut du service militaire). L’École nationale d’architecture de Strasbourg et l’ENSAIS, un établissement de type polytechnique formant aussi bien des ingénieurs que des architectes [27] ont ainsi fourni, sous la direction de P. Amandry, plusieurs architectes dont certains sont demeurés très fidèles à l’ÉFA, attachés à des sites, comme Philippe Fraisse à Délos, Patrick Weber à Philippes, Didier Laroche à Delphes. Jean-Pierre Braun qui, après avoir été coopérant, fut pensionnaire de la Villa Médicis, retrouva la tradition des architectes de Rome au service de l’ÉFA illustrée entre autres par Albert Tournaire. Il convient de rappeler que ces architectes furent à l’origine du Certificat d’études approfondies en architecture et archéologie qui, sous des dénominations différentes liées aux réformes de l’enseignement supérieur, contribua à fournir à l’ÉFA des stagiaires devenus, pour certains, des collaborateurs plus réguliers, comme Stéphanie Zugmeyer ou Manuela Würch-Koželj.

Les échanges entre l’Alsace et l’ÉFA touchèrent aussi la bibliothèque que Jacqueline Collard-Lévy quitta en 1968 pour la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg. Il faut ajouter que travaillèrent à la bibliothèque et participèrent à des chantiers de fouilles les Alsaciennes Béatrice Detournay, ancienne étudiante en archéologie de l’Université, et Odile Didelot qui a soutenu à Strasbourg une thèse dirigée par Gérard Siebert sur les réchauds déliens.

Ces « Athéniens » devenus Strasbourgeois se sont investis dans l’administration de l’UFR / Faculté de Sciences Historiques qui regroupe les historiens, les archéologues et les historiens de l’art : on compte quatre directeurs d’UFR parmi eux durant ces trente-cinq dernières années et ils ont exercé de nombreux mandats dans les divers conseils. Ils ont contribué à faire connaître les travaux de l’ÉFA : on citera le colloque Perdrizet organisé en 1991 par Jean-François Bommelaer dont les actes parurent l’année du centenaire de la fouille et l’exposition qui l’accompagnait dans l’aula du Palais Universitaire et qui présentait une rare reconstitution du trésor des Siphniens dont les moulages étaient présentés comme les frises l’étaient sur l’édifice, « en boîte fermée », et non « en boîte ouverte ». Les Athéniens ont été aussi actifs à faire connaître l’œuvre d’Adolf Michaelis que Gérard Siebert a célébré dans le volume du Centcinquantenaire de l’ÉFA et dont le musée des moulages a pris le nom et dont l’association du même nom qui s’en occupe est animée par des étudiants. Ce musée a été à l’origine de plusieurs expositions au Palais Universitaire. Il faut ajouter, à la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace les expositions de photographies anciennes du fonds Michaelis ou de photographies des sites de Cappadoce et à venir l’exposition À l’aube de l’archéologie grecque dans le cadre du bicentenaire de l’Indépendance de la Grèce. Cette activité de communication se manifeste aussi par des conférences dans le cadre de diverses associations (Guillaume Budé, ARELAS, Alsace-Crète, Musée Michaelis…) faisant connaître les travaux de l’ÉFA. À la suite d’Alexandre Farnoux qui fut très engagé dans les premiers temps du cinéma L’Odyssée à travers des cycles de péplums, plusieurs Athéniens animèrent des soirées d’Antiquité au cinéma.

Les échanges continuèrent de fonctionner dans l’autre sens, puisque l’Alsace ne cessa de fournir des membres à l’ÉFA, qu’ils soient ou non nés en Alsace et en aient ou non fréquenté les établissements comme  Bernard Holtzmann (1969-1973), Marie-Christine Hellmann (1975-1979) dont la fidélité à l’Alsace comme à Délos ne se démentit jamais, les anciens des classes préparatoires du lycée Fustel de Coulanges, cet ancien Athénien dont le nom a été donné à la salle de prestige de l’Université de Strasbourg, que sont le Strasbourgeois Christophe Giros (1988-1993), le natif d’Haguenau Jean-Yves Strasser (1999-2003) et le Colmarien Julien Zurbach (2005-2009), mais aussi Nicolas Kyriakidis qui fit ses études à l’Université de Strasbourg (2007-2011). On pourrait ajouter à cette liste Annette Peignard (1989-1993) venue à l’Université de Strasbourg comme assistance normalienne doctorante avant d’être nommée à l’ÉFA.

Souhaitons que ces échanges fructueux entre l’Alsace et l’EFA se poursuivent et se renforcent dans les années et les décennies à venir. Χρόνια πολλά.]


[1] [En fait de huit, à savoir, outre l’ÉFA, la section athénienne de l’Institut archéologique allemand fondé en 1873, l’École américaine d’études classiques en 1881, l’École britannique en 1886, l’Institut archéologique autrichien en 1898, l’École italienne en 1909, l’Institut suédois en 1948 et l’école suisse en 1964. En 2020, leur nombre est de 17 avec l’École canadienne fondée en 1976, l’École australienne en 1980, l’École finlandaise en 1984, l’École néerlandaise également en 1984, l’École belge en 1985, l’École norvégienne en 1989, l’École danoise en 1992, l’École irlandaise en 1995 et l’École géorgienne en 1998. Les écoles scandinaves et l’École finlandaise ont une bibliothèque commune, la Bibliothèque nordique, depuis 1995].

[2] [En 2020, elle dépend du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation].

[3] [Cette situation « idéale » ne correspond pas à la réalité : peu après la rédaction de ce texte, les « sorties » se firent plus difficiles et la plupart des membres de la seconde partie de la direction de Pierre Amandry quittèrent la rue Didot pour un lycée. À l’époque de ce texte, l’École ne comptait pas de membre moderniste].

[4] Né à Wissembourg (Bas-Rhin) le 16 août 1832, mort en 1902, conservateur à la Bibliothèque Nationale, professeur du cours d’archéologie à la Bibliothèque Nationale.

[5] Né le 21 juillet 1848, mort le 3 décembre 1923, historien de la République romaine.

[6] Le 8 janvier 1853, mort le 7 avril 1932.

[7] Manuel d’archéologie étrusque et romaine (1884) ; L’art étrusque (1889) ; La langue étrusque (1913).

[8] Né le 19 janvier 1859, mort le 1er novembre 1944.

[9] Né le 19 décembre 1859, mort le 27 avril 1931.

[10] L’un des meilleurs historiens de Byzance des années 1880-1930.

[11] Choix d’inscriptions de Délos, avec traduction et commentaire, Chartres, 1921.

[12] Le 21 janvier 1973.

[13] Né à Uhrwiller (Bas-Rhin) le 25 avril 1913, mort le 24 septembre 1997.

[14] De 1973 à 1980.

[15] 1881-1945.

[16] En 1914 [dans la série de l’Académie de Berlin IG IX où parurent deux volumes d’inscriptions déliennes ; les volumes suivants des Inscriptions de Délos avec lemmes en français, et non plus en latin, ont respecté la division en volume prévue à l’origine].

[17] Directeur de 1925 à 1935.

[18] En fait à Brioude le 21 juin 1944.

[19] Le 25 avril 1945, dans le Stalag XB de Sandbostel (Hanovre).

[20] Né en 1876, mort en 1969.

[21] En 1930.

[22] 1914. Également une Histoire générale de l’Antiquité (1946).

[23] 1934.

[24] 1899-1990.

[25] Homère. L’Iliade (1945).

[26] [P. Amandry avait écrit 1961, mais Anne Ducat m’a écrit que son père n’avait enseigné que deux ans à Strasbourg avant d’être nommé à Nice. Jusqu’au 1985, ceux qui occupèrent par la suite le poste d’assistant, puis de maître-assistant d’histoire grecque n’eurent pas de lien avec l’ÉFA].

[27] [Cette école a aujourd’hui rejoint le réseau des INSA].


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.