Atelier thématique : Recherches en Albanie

L’AMEFA vous convie à son prochain atelier thématique, consacré aux recherches françaises en Albanie, le samedi 17 juin 2023, à la MSH Mondes (Nanterre), à partir de 9 h.

Pour indiquer votre présence, merci de répondre au sondage ici.

Présentation de l’atelier

Plus qu’un panorama exhaustif des recherches menées en Albanie par les membres et anciens membres de l’EFA, cet atelier est conçu comme une occasion de mettre en regard des recherches portant sur des périodes allant de la préhistoire et de l’Antiquité à nos jours et de faire dialoguer des chercheurs « antiquisants » et « modernistes » ayant pour point commun d’avoir mis en œuvre tout ou partie de leur programme de recherche sur l’Albanie depuis l’EFA. 

La première session est dédiée au contexte de l’Albanie des années 1980, lorsque des contacts institutionnels ont été rétablis entre l’EFA et la recherche albanaise. L’entretien avec O. Picard permettra de revenir sur cette histoire et de rappeler le contexte et les enjeux de ces premiers partenariats. La communication d’A. Gallicchio complètera la présentation du contexte en évoquant la situation de la création artistique durant ces mêmes années 1980.

La deuxième session se veut aussi rétrospective. Il s’agira de réfléchir à la façon dont deux programmes de recherche portant sur l’Albanie, l’un en archéologie, l’autre en géographie, se sont construits depuis l’EFA, dans les années 2000, et de s’interroger sur les avantages et les inconvénients de cette projection athénienne vers l’espace albanais.

La troisième session rassemble deux contributions qui ont pour point commun d’aborder les relations entre un territoire de l’actuelle Albanie du sud, de part et d’autre de la basse vallée de la Vjosë, et d’autres espaces, en particulier en Grèce. Il s’agira de parler de territoires et de frontières, mais aussi de connectivité à travers l’espace gréco-albanais.

La quatrième session enfin met en regard ce que les fouilles de Sovjan révèlent de l’histoire du peuplement du bassin de Korçë avec l’étude d’un discours contemporain, caractéristique de l’Albanie post-communiste, sur l’origine des Albanais et leurs relations avec les Grecs, soit deux regards très contrastés sur la préhistoire des confins gréco-albanais.

Programme de l’atelier

9h00 Accueil et introduction

Session 1
9h30 Olivier Picard, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, ancien directeur de l’EFA. L’École française d’Athènes à la découverte de l’Albanie, entretien avec Gilles de Rapper
10h10 Alessandro Gallicchio, Sorbonne Université, Centre André-Chastel. L’art face au régime. Edi Hila dans l’Albanie des années 1980

Session 2
11h00 Arthur Muller, Université de Lille. Au musée de Durrës : initiative individuelle, montage institutionnel et contexte mouvant d’une collaboration albano-française
11h40 Pierre Sintès, AMU, TELEMMe. La migration albanaise en Grèce et la construction d’un terrain gréco-albanais depuis l’EFA dans les années 2000

12h30-13h30 Déjeuner

Session 3
13h30 Nathalie Clayer, CNRS et EHESS, CETOBaC. Territoires et réseaux de l’exploitation du bitume en Albanie du Sud (XIXe-XXe siècle)
14h10 Nicolas Genis, Université de Lille, HALMA. Apollonia, cité grecque en Illyrie, promontoire de l’archéologie française en Albanie

Session 4
15h10 Gilles Touchais, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. La Mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë : trente ans de collaboration, 1993-2023
15h50 Gilles de Rapper, EFA. Le néo-pélasgisme : un certain regard sur les territoires et le peuplement des confins gréco-albanais

16h30 Etleva Nallbani, CNRS, Orient & Méditerranée. Remarques conclusives

En souvenir de Francis Croissant (1935-2019)

Deux ans après le décès de Francis Croissant, nous avons pensé qu’il serait utile de présenter dans le cadre du « Carnet hypothèses » de l’AMEFA la liste des publications de notre collègue et ami, précédée de quelques commentaires sur deux aspects fondamentaux de son œuvre : l’histoire des styles dans la Grèce archaïque et ses recherches à Argos, à partir de ses fouilles de l’Aphrodision. On pourra consulter, en complément, l’article d’Hélène Aurigny, « Francis Croissant et l’étude des terres cuites », dans Les Carnets de l’ACoSt (Association of Coroplastic Studies) 20, 2020 (en ligne : http://journals.openedition.org/acost/2339).

Francis Croissant à Argos

De l’étude des protomés en terre cuite à une nouvelle histoire des styles (A. Hermary)

La publication en 1983 de sa thèse de doctorat d’État, Les protomés féminines archaïques. Recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque de 550 à 480 av. J.-C., marque une étape essentielle dans l’œuvre de Francis Croissant. Comme il le rappelle dans l’avant-propos du livre, tout a commencé en 1965 quand, jeune membre de l’EFA, il participait aux fouilles de Thasos où son attention a été attirée par les nombreux visages féminins en terre cuite désignés par les spécialistes sous le nom de « protomés » (il a imposé à juste titre la forme féminine du mot, conforme à celle du grec). Deux ans plus tard il dépose à l’Académie son mémoire de troisième année consacré à ce sujet (Les protomés féminines archaïques de Thasos) : le rapport qu’en fait Jean Charbonneaux (CRAI 1968, p. 328-329) montre que les principaux éléments de sa méthode sont déjà en place. Suivent de longues années de recherches dans le cadre de sa thèse – d’abord dirigée par Pierre Demargne, puis par Jean Marcadé –, marquées par de nombreuses missions d’études en Grèce et en Asie Mineure entre 1969 et 1975 : il constitue alors un indispensable corpus photographique de centaines de protomés. Continuer la lecture de « En souvenir de Francis Croissant (1935-2019) »

L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes

Le texte a été rédigé à Athènes le 1er janvier 1974 par Pierre Amandry qui était alors dans sa cinquième année de direction de l’ÉFA. On ne sait si la date revêtait pour lui une signification précise en lien avec le texte. Sa carrière universitaire au sens restreint s’est déroulée à Strasbourg entre 1951 et 1969, à l’institut d’archéologie classique. Le texte a été revu par Michel Amandry qui a inséré des notes. Les compléments dus à Anne Jacquemin sont entre crochets droits.

Pierre Amandry à l’université de Strasbourg (Michel Amandry)

L’État grec n’avait pas encore atteint l’âge de la majorité, et la Monarchie de Juillet était proche de sa fin, quand l’École française d’Athènes fut fondée, par une ordonnance du 11 septembre 1846. C’est de loin la doyenne des institutions étrangères (maintenant au nombre de sept [1]) dont l’existence est officiellement reconnue en Grèce et l’activité autorisée, dans le domaine des recherches archéologiques. Administrée par la Direction des Enseignements Supérieurs [2], dont elle reçoit son budget, et placée, depuis 1850, sous la tutelle scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’École d’Athènes reçoit chaque année, par voie de concours, deux nouveaux membres, agrégés, parisiens ou provinciaux, et rend chaque année à l’Université française deux maîtres qui ont, pendant trois ou quatre ans de séjour en Grèce, appliqué à l’étude de documents concrets les méthodes formelles d’analyse, de raisonnement et d’exposition qu’on leur a inculquées au lycée et à l’université [3].

Dans ces échanges entre les Universités et l’École d’Athènes, l’Université de Strasbourg occupe une place privilégiée.

Continuer la lecture de « L’Université de Strasbourg et l’École d’Athènes »

Motion des membres scientifiques de l’École française d’Athènes sur le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Les rapports ministériels en vue d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) annoncent la consolidation des orientations esquissées depuis 2007 (loi LRU), orientations qui se révèlent déjà désastreuses pour la recherche et l’université françaises.

Nous, membres scientifiques de l’École française d’Athènes, réaffirmons notre attachement au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous nous alarmons tout particulièrement de certaines préconisations exprimées dans ces rapports :

  1. la généralisation de la recherche sur projet et l’attribution de « crédits compétitifs » aux laboratoires de recherche en fonction de leur « performance ». La gestion managériale et la concentration des moyens sur quelques établissements nuisent au fonctionnement de la recherche et de l’enseignement supérieur.
  2. la corrélation entre évaluation et allocation des moyens ouvre la voie à une diminution, voire à une suppression des dotations permanentes des laboratoires et des universités, et pose la question du mode et des critères d’évaluation.
  3. les recherches en sciences humaines et sociales seraient particulièrement affectées par la limitation des questionnements scientifiques aux prétendus défis sociétaux, ainsi que par la généralisation des partenariats public-privé, telles qu’elles sont promues par l’Agence Nationale de la Recherche, dont le rôle serait renforcé. Ces dispositions menacent directement l’indépendance et la fécondité des travaux scientifiques.
  4. la modification du statut des enseignants-chercheurs et de celui des chercheurs (modulation de service sans le consentement des intéressés, déplafonnement des heures de travail, développement des tenure tracks, mise en place des CDI de mission scientifique, etc.) est une attaque au statut de fonctionnaire, exacerbe une concurrence néfaste entre chercheurs et entre institutions, renforce la précarité et favorise les inégalités au sein des laboratoires et des universités.

Si elles devaient obtenir force de loi, ces dispositions constitueraient une attaque sans précédent contre la fonction publique dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur. La réduction prévue des financements récurrents de la recherche et la concentration des efforts financiers sur des projets à court terme sont incompatibles avec les exigences d’une recherche rigoureuse et excellente, notamment en sciences humaines. Dans le contexte actuel de compétition internationale accrue, une stratégie fondée sur la précarisation des chercheurs, l’instabilité permanente et la dégradation des conditions de travail menace directement la recherche française et son rayonnement dans le monde. La situation de nos collègues en Grèce, victimes depuis plusieurs années de décisions politiques aux motivations semblables, nous confirme que celles-ci constituent une atteinte majeure aux activités scientifiques et aux conditions de vie des chercheurs.

Pour ces raisons, nous nous opposons fermement à ces propositions préparant la LPPR et soutenons les actions en faveur des libertés académiques et du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. 

La motion est adoptée à l’unanimité par les membres réunis en assemblée, le mercredi 4 mars 2020.

Ψήφισμα των επιστημονικών μελών της Γαλλικής Σχολής Αθηνών για το Νομοσχέδιο πολυετούς προγραμματισμού της έρευνας (LPPR)

Οι υπουργικές εκθέσεις για τη σύνταξη του νόμου πολυετούς προγραμματισμού της έρευνας (LPPR) επιβεβαιώνουν τις κατευθύνσεις που είχε χαράξει το 2007 ο νόμος περί ελευθεριών και ευθυνών των πανεπιστημίων (LRU). Οι κατευθύνσεις αυτές αποδεικνύονται ήδη καταστροφικές για την έρευνα και τα πανεπιστήμια στη Γαλλία. Continuer la lecture de « Motion des membres scientifiques de l’École française d’Athènes sur le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) »

Motion de l’AMEFA du 25 janvier 2020

« Le samedi 25 janvier 2020, réunis en assemblée générale, les membres de l’AMEFA (Association des membres, anciens membres et chercheurs associés de l’École française d’Athènes), ayant pris connaissance du contenu des rapports élaborés par les groupes de travail sur la LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), expriment leur très vive inquiétude face à l’orientation que dessinent ces documents pour l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Plus particulièrement, les transformations prévues du statut d’enseignant-chercheur, la différenciation des parcours professionnels et le recours croissant à des contrats précaires (tenure tracks, CDI de mission, déplafonnement des heures de service…) sont préjudiciables à toute notre communauté, et notamment aux jeunes chercheurs.

Les membres de l’AMEFA sont également attachés au maintien des cadres nationaux de qualification et d’évaluation, notamment du comité national du CNRS et du CNU.

La réduction prévue des financements récurrents de la recherche et la concentration des efforts financiers sur des projets à court et moyen terme sont incompatibles avec les exigences d’une recherche rigoureuse et excellente, notamment en sciences humaines. L’excellence reconnue de l’EFA dans le domaine des études helléniques se fonde sur une implantation sur le terrain et des études de longue haleine qui impliquent des collaborations entre chercheurs, et non la mise en concurrence de projets éphémères.

Pour ces raisons, les membres de l’AMEFA s’opposent à ces propositions préparant la LPPR et soutiennent les actions en faveur des libertés académiques et du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. » – La motion est adoptée à l’unanimité des membres votants.

Ernest WILL (1913-1997)

par Pierre Amandry

Nous remercions Michel Amandry de nous avoir transmis ce texte qui fait partie des Archives Pierre Amandry conservées auprès de la famille. Une note de P. Amandry précise : « Texte rédigé en 1999 à l’intention de Le Rider, pour la notice sur la vie et les travaux de Will, lue à l’Académie en octobre 1999 ». G. Le Rider a utilisé les principaux éléments de ces souvenirs, mais le reste est inédit ; on trouvera dans sa notice des CRAI 1999, p. 885-893, une présentation complète de la carrière et de l’œuvre d’Ernest Will. [A. Hermary]

À la rentrée d’octobre 1933, les élèves de la nouvelle promotion ont fait connaissance. La plupart étaient issus des khâgnes parisiennes. Parmi les provinciaux, un de nos camarades attira aussitôt l’attention, par son accent. Ernest Will avait fait toutes ses études à Strasbourg, et son accent était du meilleur aloi (j’en juge a posteriori, ayant passé dix-huit ans à Strasbourg). Une de nos distractions, par la suite, ayant constaté qu’il était assez soupe au lait, fut de le taquiner sur une question qui lui tenait à cœur, ce qui se terminait régulièrement par un mot de Cambronne à forte consonance germanique. Son père était pasteur dans la région de Strasbourg (j’ai connu ses parents), et son frère aîné, Robert, y a fait carrière comme architecte. Continuer la lecture de « Ernest WILL (1913-1997) »

3e atelier thématique: Delphes et ses alentours.

La synthèse réalisée par D. Mulliez, “Bilan général des recherches récentes et prospective pour de futures recherches“, dans le cadre du 3e atelier thématique de l’AMEFA, “Delphes et ses alentours” est disponible dans la rubrique Publications de notre site.

Alfred Mézières

« Au temps passé » : l’École et la vie athénienne en 1850-1852

 Le Correspondant, 10 août 1905, p. 430-439

Au temps passé, Paris 1906, p. 127-150

Enfin, le jour de la délivrance arriva ! Le Pirée, Athènes ! Ces noms magiques suffirent pour dissiper toutes les brumes, pour remplir nos cœurs de joie. Quelle impatience aussi de connaître notre installation, la maison où nous allions passer deux ans, trois ans peut-être ! Très agréable à voir, la maison Gennadios, avec son perron, avec sa colonnade, avec les peintures à fresque qui décoraient les vestibules et les chambres. Elle avait, à première vue quelques chose de propre et de gai. Les murs n’étaient pas seuls à nous attendre. Le directeur de l’École d’Athènes, nos anciens, notre secrétaire nous ouvraient les bras au débotté. Physionomies intéressantes qui méritent d’être esquissées d’un crayon rapide. Continuer la lecture de « Alfred Mézières »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search